― Renata Apanaviciene / Shutterstock.com

Croiser un chat noir porte malheur. C’est une des superstitions qui entourent nos amis félins. Bien qu’aujourd’hui elle soit moins ancrée dans nos esprits, le chat noir a tout de même gardé cette image de « méchant ». Mais saviez-vous qu’à une époque, les marins croyaient dur comme fer que les chats avaient des pouvoirs magiques ?

Les chats étaient plus que les bienvenus sur les navires. En effet, ils étaient utilisés pour chasser les rats. Certes, les chats noirs étaient un signe de mauvais œil pour les marins, mais aussi de mauvais temps. Il était donc impossible de voir un chat noir sur un navire. De plus, les autres chats avaient aussi des capacités bien à eux. Par exemple, les chats écaille de tortue portaient chance. Mais tous les autres, sans distinction de couleur, avaient aussi la capacité de prédire une tempête ou le beau temps.

En somme, si un chat éternuait une fois, c’était un signe pour dire qu’il allait pleuvoir. Si le chat miaulait fort, faisait du bruit, était irritable, cela était un signe avant-coureur d’orage et de tempête. De plus, un chat se lavant à rebrousse-poil signifiait que la grêle allait tomber. Mais si un chat était de bonne humeur, joueur, le vent serait avec les marins et le voyage se passerait bien.

Mais les croyances des marins ne s’arrêtaient pas à de simples prédictions météorologiques. Effectivement, ils pensaient que les chats étaient capables d’accumuler des pouvoirs magiques dans leur queue. Grâce à leurs pouvoirs, et en bougeant leur queue, ils pouvaient déclencher des tempêtes, des orages, et faire du voyage des marins un calvaire. De ce fait, pour que les chats n’utilisent pas leurs pouvoirs contre eux, les marins veillaient toujours à leur bien-être.

De plus, les marins japonais pensaient que si un chat tricolore était à bord, il empêcherait le navire d’aller vers des zones orageuses. Mais il existe d’autres croyances qui lient le chat à la météo. Comme en Egypte, un chat qui se nettoyait l’arrière des oreilles était signe d’une météo clémente. Ou encore chez les premiers colons d’Amérique, un chat qui s’asseyait dos au feu était signe de vent froid.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de