S’il est déjà établi que l’alimentation influence de façon considérable le risque de développement de cancers chez un individu, une récente étude japonaise s’est penchée sur le cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez les hommes : le cancer de la prostate. Et surprise, un aliment en particulier a été isolé, qui pourrait avoir un effet préventif face au cancer de la prostate : il s’agit du champignon. Explications.

Une étude de grande ampleur

Ce sont des chercheurs japonais qui se sont penchés sur le lien entre le cancer de la prostate et l’alimentation. Dans ce contexte, ils ont mené une enquête de grande envergure dont les résultats, publiés par l’International Journal Of Cancer, pourraient ouvrir la porte à de multiples avancées médicales. Les données collectées portaient sur 36 499 hommes âgés de 40 à 79 ans, qui ont été suivis par les scientifiques sur une durée moyenne de 13,2 ans.

Classés en cinq groupes distincts en fonction de leur consommation de champignons, les résultats se sont avérés assez évocateurs : sur l’ensemble des participants, 1 204 cas de cancer prostatique ont été recensés. Mais les consommateurs réguliers de champignons (une à deux fois par semaine), voyaient leur risque de cancer prostatique réduit de 8 %, tandis que cette diminution du risque s’avérait encore plus flagrante chez les gros consommateurs de champignons (pour une consommation d’au moins trois fois par semaine), élevant la réduction du chiffre à 17 %.

Cette consommation régulière de champignons semblait par ailleurs tout particulièrement profiter aux hommes de 50 ans et plus dont la consommation de viande et de produits laitiers était importante, pour une faible consommation de fruits et de légumes (des habitudes alimentaires pourtant considérées comme néfastes pour la santé et pouvant potentiellement augmenter le risque de développer un cancer). Une avancée importante pour la recherche, car le cancer de la prostate est le plus diagnostiqué chez les hommes, même si son incidence ainsi que sa mortalité ne cessent de baisser.

— alfernec / Shutterstock.com

L’alimentation, au coeur de la recherche sur le cancer

Cette étude rappelle donc l’importance d’une alimentation équilibrée dans la prévention du risque de cancer. Certaines habitudes alimentaires, comme une consommation régulière de fruits et légumes, ainsi que des apports suffisants en fibres alimentaires, sont déjà connues pour prévenir l’apparition de certaines tumeurs.

« Les champignons sont une bonne source de vitamines, de minéraux et d’antioxydants, explique le chercheur Shu Zhang chargé de l’étude, surtout L-ergothionéine », luttant efficacement contre le stress oxydatif, un déséquilibre cellulaire pouvant être causé par une alimentation néfaste ou l’exposition à différentes toxines. Ce déséquilibre peut malheureusement mener à une inflammation chronique pouvant entraîner un cancer.

Comme le précise cependant le professeur Zhang, « si notre étude suggère qu’une consommation régulière de champignons pourrait réduire le risque de cancer de la prostate, nous voulons aussi souligner que l’adoption d’une alimentation saine et équilibrée est bien plus importante que de remplir son panier à provisions de champignons ».

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
goldward Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
goldward
Invité
goldward

Ce sont les vieux schtroumpfs qui vont être content!