U.S. Fish and Wildlife Service

Si les poissons sont des animaux fascinants, il est difficile de penser que nous pouvons avoir des éléments en commun avec eux. Pourtant, nous possédons des gènes présents chez une espèce de poissons en particulier : les brochets.

Les scientifiques savent que les salamandres possèdent des gènes leur permettant de faire repousser un membre après amputation. Mais, Ingo Braasch, professeur adjoint de biologie à la Michigan State University, et son équipe ont été les premiers à étudier comment le brochet crocodile et d’autres poissons régénèrent des nageoires entières. Ils se sont aussi concentrés sur la façon dont ces poissons reconstruisaient leurs os endochondraux au sein de leurs nageoires.

Ainsi, en étudiant comment les poissons régénèrent leurs nageoires, l’équipe de Braasch a identifié les gènes et les mécanismes responsables de la repousse. Lorsqu’ils ont comparé leurs découvertes au génome humain, ils ont fait une observation intéressante. Le génome du brochet crocodile est similaire à la fois à celui du poisson-zèbre et à celui des humains. 

« Les gènes responsables de cette action chez les poissons sont également largement présents chez l’homme. Ce qui manque cependant, ce sont les mécanismes génétiques qui activent ces gènes chez l’homme », explique Ingo Braasch.

Cela suggère que le dernier ancêtre commun des poissons et des vertébrés à quatre pattes avait déjà acquis cette faculté de régénération. Et qu’elle a pu être maintenue au cours de l’évolution chez certaines espèces de poissons, ainsi que les salamandres. La poursuite des recherches sur ces gènes clés et les mécanismes manquants pourrait éventuellement conduire à des avancées médicales révolutionnaires !

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de