Accélérée par la hausse du niveau de la mer, l’érosion côtière devient un véritable problème en France. Depuis 1949, ce sont plus de 26 kilomètres carrés de territoire métropolitain qui ont été engloutis par les flots, une surface équivalente à 3 100 terrains de football.

 

22 % du littoral français fortement impacté par l’érosion côtière

Le littoral français est en grand danger. Depuis plusieurs années, celui-ci subit de plein fouet les conséquences du changement climatique, caractérisées par une élévation du niveau de la mer et une réduction de la surface émergée liée à la perte de sédiments le long du rivage. Communément appelé « érosion côtière », ce triste phénomène ne cesse de s’accélérer et nécessite d’importants travaux aux coûts exorbitants (plusieurs centaines de milliers d’euros) dans plusieurs communes françaises, notamment Aquitaine et en Normandie, où 26 communes font appel aux services de l’État.

Souvent densément peuplées, ces zones concentrent de plus en plus d’enjeux environnementaux, sociaux et économiques. Selon les chiffres publiés par le Ministère de l’Environnement en septembre dernier, aucune région n’est épargnée par ce phénomène. Ce sont en moyenne 22 % des 20 000 kilomètres de littoral français qui souffrent de l’érosion côtière, et 270 des 650 kilomètres de littoral les plus impactés reculent à une vitesse de plus de 50 centimètres par an.

 

Un net recul des côtes qui nécessite des travaux colossaux

En mars 2018, l’Observatoire de la côte aquitaine publiait un bilan particulièrement alarmant. Deuxième région littorale la plus peuplée, celle-ci figure également à la seconde place des façades métropolitaines les plus affectées par l’érosion côtière. Sur ses quelques 240 kilomètres de côtes sableuses, le recul moyen atteignait en moyenne 1,70 m à 2,50 m chaque année, tandis que les zones frappées de plein fouet par les tempêtes hivernales particulièrement violentes de janvier 2018 pouvaient afficher un recul de 7 mètres.

 

Il y a quelques jours, France 3 consacrait un reportage (voir ci-dessous) à ce triste phénomène nécessitant la réalisation d’importants travaux dans plusieurs communes de la Manche. Gouville-sur-Mer a installé l’année passée un tube rempli de sable pour protéger sa plage, et une opération de réensablement et de pose de clôtures et de pieux hydrauliques est actuellement en cours à Bricqueville-sur-Mer afin d’éviter que les habitations situées à proximité de la mer ne se retrouvent menacées par les marées suite à l’ouverture d’une brèche dans la dune.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de