Les scientifiques révèlent un lien alarmant entre les fongicides et le déclin des abeilles

Considérés dans certains pays comme une espèce en voie de disparition, les bourdons et les abeilles ont de plus en plus de difficultés à vivre dans nos campagnes. Si la raison principale de ce déclin est encore méconnue, l’une entre elles pourrait bien avoir été mise au jour. Dans une étude publiée aux Etats-Unis, des chercheurs affirment que les fongicides seraient en grande partie responsables de la disparition de l’espèce.

LES FONGICIDES NÉFASTES AUX ABEILLES ?

Depuis plusieurs années, les scientifiques constatent la situation catastrophique que traversent les abeilles et les bourdons. Ces espèces pourtant indispensables à l’environnement sont les victimes de nombreux phénomènes causés par l’Homme mais nocives à leur survie. Aux Etats-Unis, une nouvelle étude a été menée sur le cas des abeilles et des bourdons.

Publiée dans le Journal Proceedings of the Royal Society B, cette étude présente une analyse complète du rôle de 24 facteurs liés au déclin de quatre espèces de bourdons suivis sur 284 sites dans 40 états américains. Ceux-ci incluaient la latitude, l’élévation, le type d’habitat et les dommages, la population humaine et l’utilisation de pesticides.

Selon cette étude, un produit ressort et de manière alarmante : les fongicides. Utilisés pour éliminer les moisissures, ces produits sont également très dangereux pour les insectes mais cet aspect était ignoré jusqu’à aujourd’hui. Les scientifiques ne pensaient pas que ces produits pouvaient causer de tels dommages aux abeilles et aux bourdons. Ce constat fait que la manière dont les fongicides tuent les abeilles est aujourd’hui à l’étude, d’autant que certains produits très répandus font des ravages chez les insectes.

Y A-T-IL UN PRODUIT PLUS NOCIF QUE LES AUTRES ?

Scott McArt de l’Université Cornell aux États-Unis, qui a dirigé l’étude, pointe du doigt le chlorothalonil, le fongicide le plus utilisé aux États-Unis. Cependant, comme il le précise,  » Les fongicides ont été largement négligés. Il doit y avoir beaucoup plus de travail sur ces produits et leur rôle dans le déclin des abeilles « .

Le professeur David Goulson de l’Université de Sussex a commenté ces résultats en rappelant que  » Cette recherche suggère que le système de réglementation des pesticides pourrait nous avoir encore laissé tomber, peut-être parce que les tests réglementaires n’exposent pas les abeilles au pesticide et une maladie en même temps « .

QUELLE EST LA SITUATION DES ABEILLES ET DES BOURDONS ?

Au-delà des fongicides, de nombreux autres facteurs sont responsables de la disparition inquiétante des abeilles et des bourdons. Les pesticides, la destruction de l’habitat, les maladies et les changements climatiques ont tous été impliqués dans le déclin de ces espèces. Cela est préoccupant car les deux espèces fertilisent environ 75 % de toutes les cultures vivrières.

Dans le même temps, d’autres résultats d’études sur le sujet ont été publiés. Une nouvelle étude montre que la combinaison des néonicotinoïdes et la réduction de l’approvisionnement alimentaire réduisent la survie des abeilles de 50 % tandis qu’une autre révèle que les néonicotinoïdes réduisent la survie des reines bourdons et le temps qu’il leur faut pour établir leur nid. Suite à ces résultats, de nouvelles recherches sur les facteurs les plus dangereux devraient voir le jour et la Commission européenne devrait voter une interdiction totale des néonicotinoïdes dans les champs au début de l’année 2018.


Le voyage est court. Essayons de le faire en première classe.

— Philippe Noiret