RomarioIen / Shutterstock.com

Même si la mort est un processus naturel, certaines villes préfèrent interdire les décès sous peine de différentes sanctions. Aussi étonnant que cela puisse paraître, voici 7 villes dans le monde où il est interdit de mourir.

En France, deux villes ont adopté un arrêté municipal afin d’interdire aux populations de décéder sur leur territoire. La première, Sarpourenx, l’avait établi en 2008 afin d’agrandir le cimetière local, et abroge la loi en 2010. La seconde, Cugnaux, le fait pour un autre motif : l’interdiction concerne les personnes qui ne disposent “pas de caveau”, en raison d’un manque de places dans le cimetière. 

L’Italie n’est pas en reste, puisque deux villes italiennes, Falciano del Massico et Sellia ont une réglementation similaire. Dans la première, située au sud du pays, il est interdit “aux habitants du village et aux personnes de passage de passer de vie à trépas dans la mesure du possible”. Dans la seconde, la population ne cesse de vieillir puisque six villageois sur dix ont plus de 75 ans. Le décret imposé par le maire ordonne donc aux citoyens de ne pas mourir, afin d’éviter la disparition définitive de la commune.

Toujours en Europe, Lanjaron, en Espagne, ainsi que Longyearbyen en Norvège font de même. Le maire de la commune espagnole avait également privé aux habitants le droit de mourir. Dans la ville norvégienne, il est interdit d’avoir un chat (pour protéger les oiseaux de l’Arctique) mais aussi de mourir. La raison est un peu plus technique : il fait si froid à Longyearbyen que les corps ne se décomposent pas.

Enfin, à Biritiba-Mirim au Brésil, le maire Roberto Pereira a interdit aux habitants de mourir car il ne souhaitait pas lancer des travaux d’agrandissement du cimetière. 

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de