Depuis juillet, la loi nord-coréenne interdit de posséder un animal de compagnie. Ces derniers sont alors retirés de leurs familles pour être envoyés dans des zoos d’État ou bien à des restaurants.

Ce lundi 17 août, un article du journal sud-coréen Chosun Ilbo cité par le Daily Mail a rapporté que la police nord-coréenne avait identifié les ménages où vivaient des chiens, et qu’elle ordonnait à leur propriétaires de les abandonner. Dans le cas où ces derniers s’y opposent, les animaux sont confisqués de force pour être abattus.

Cette mesure a été décidée par Kim Jong-un, qui juge l’adoption d’animaux domestiques comme étant une « tendance corrompue de l’idéologie bourgeoise ». Derrière ces valeurs prétendues, un argument plus pragmatique semble être celui de la pénurie alimentaire. En effet, à l’heure où 60 % de la population ne se nourrit pas à sa faim, il est possible que le gouvernement ait imaginé évacuer le problème en servant des chiens domestiques aux Coréens affamés.

A Pyongyang, la capitale de la Corée du Nord, le chien est encore la spécialité de nombreux restaurants, alors qu’au Cambodge ou encore à Shenzhen en Chine, la viande de chien est aujourd’hui interdite.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
First Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
First
Invité
First

La presse mainstream en parle elle?
Sans doute un détail?