Depuis juillet, la loi nord-coréenne interdit de posséder un animal de compagnie. Ces derniers sont alors retirés de leurs familles pour être envoyés dans des zoos d’État ou bien à des restaurants.

Ce lundi 17 août, un article du journal sud-coréen Chosun Ilbo cité par le Daily Mail a rapporté que la police nord-coréenne avait identifié les ménages où vivaient des chiens, et qu’elle ordonnait à leur propriétaires de les abandonner. Dans le cas où ces derniers s’y opposent, les animaux sont confisqués de force pour être abattus.

Cette mesure a été décidée par Kim Jong-un, qui juge l’adoption d’animaux domestiques comme étant une « tendance corrompue de l’idéologie bourgeoise ». Derrière ces valeurs prétendues, un argument plus pragmatique semble être celui de la pénurie alimentaire. En effet, à l’heure où 60 % de la population ne se nourrit pas à sa faim, il est possible que le gouvernement ait imaginé évacuer le problème en servant des chiens domestiques aux Coréens affamés.

A Pyongyang, la capitale de la Corée du Nord, le chien est encore la spécialité de nombreux restaurants, alors qu’au Cambodge ou encore à Shenzhen en Chine, la viande de chien est aujourd’hui interdite.

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
First
First
1 année

La presse mainstream en parle elle?
Sans doute un détail?

David Martine
David Martine
5 mois

C’est odieux de manger des chiens quelle cruauté