— © Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved / Niko Tavernise – Joker via Allociné

Chili, Hong Kong et maintenant Liban : la figure du Joker, actuellement au cinéma, apparait comme une nouvelle forme de protestation. Il ne s’agit pas là d’un phénomène de masse, mais bien d’un symbole, un visage que certains adoptent pour manifester leur opposition contre le pouvoir en place.

Le film comme « une puissance évocatrice »

C’est par ces mots que l’historien William Blanc explique ce phénomène lié à l’œuvre cinématographique Joker de Todd Phillips. Magnifiquement interprété par Joaquin Phoenix, le Joker et son succès semblent porter bien au-delà des salles : à travers les quatre coins du monde, au sein des soulèvements les plus volcaniques de la planète, de jeunes gens souhaitent reprendre cette interprétation afin de protester contre le pouvoir de leur pays.

Que ce soient des masques, des maquillages ou des tags à l’effigie de l’antagoniste de Batman, une tendance se met en place, similaire à celle du masque du film culte « V pour Vendetta ».

Une véritable icône pour les manifestants, qui permet de cacher leur identité et de faire peur. De plus, le célèbre maquillage du Joker reprend les mêmes couleurs que le pays, et la forme des yeux évoque celle des cèdres du Liban, un symbole national.

Une population excédée

Si certains s’indignent d’y voir associé un mouvement de manifestation qui se veut pacifique avec un tueur psychopathe, il ne faut pas y lire ici un raccourci, comme le souligne Christian Chelebourg, un professeur spécialiste de pop culture. Il convient davantage d’appréhender la situation sous le prisme d’une population déboussolée et épuisée.

Pour rappel, au Liban se tient actuellement une mobilisation populaire sans précédent. Le gouvernement a fait passer une série de mesures dont une taxe numérique, qui était alors bloquée, ce qui a provoqué la colère des contestataires. Toute la classe politique libanaise est remise en cause par cette vague contestataire, qui secoue le pays depuis le 17 octobre 2019. Un mouvement inédit qui concerne toutes les couches sociales et communautés de la région.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de