© SkyDrive

Pas plus tard qu’en 2023, les Japonais pourront circuler en taxis volants, si tout se passe comme le gouvernement du Japon l’a prévu. SD-XX, la voiture volante imaginée par la société Skydrive, est déjà prête à décoller.

Parmi la centaine de projets de voitures volantes déjà conçus dans le monde, c’est la start-up Skydrive, basée à Tokyo, qui paraît avoir élaboré la maquette la plus aboutie. Selon le Japan Times, le modèle qu’elle propose, appelé SD-XX, est le plus prometteur car il s’agit de la plus petite voiture de la sorte. Elle peut se garer presque n’importe où, et peut atteindre les 100 km/h. L’autonomie de ce modèle est également un point fort, puisqu’elle peut parcourir plusieurs dizaines de kilomètres sans être réalimentée. En décembre dernier, un premier test de vol s’est déroulé avec succès.

Si le gouvernement japonais compte sur un rapide aboutissement de ce projet, c’est avant tout parce qu’il pourrait répondre au besoin de désengorger les routes des grandes villes, qui connaissent quotidiennement des soucis de circulation à Tokyo, Kyoto ou encore Osaka. Les taxis volants permettraient aussi de désenclaver les régions peu desservies en transports routiers, et notamment les régions montagnardes où vivent un nombre non négligeable de Japonais.

Si la date de 2023 est fixée pour la mise en circulation de taxis volants, des voitures parfaitement autonomes destinées à l’usage des particuliers devraient être commercialisées à partir de 2028, selon les plans de Skydrive. La start-up a le regard tourné vers l’avenir, et semble pourtant aveugle face aux estimations des scientifiques concernant l’effondrement…

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de