Au Japon, ce train aboie pour éviter la collision avec les animaux sauvages

Au Japon, les retards de train sont peu nombreux. Pourtant, les cerfs y sont très nombreux aux abords des voies, et ils peuvent perturber le trafic ou se faire faucher accidentellement. Pour stopper ce phénomène, un « train aboyeur » est actuellement testé pour éloigner les animaux. 

POURQUOI LES CERFS VONT-ILS AUX ABORDS DES VOIES FERRÉES ?

Si au Japon, les voies ferrées sont envahies par les cerfs, c’est car elles contiennent un élément indispensable à la vie des animaux : le fer. Pour répondre à ce besoin nécessaire à leur régime alimentaire, les cerfs ont trouvé une solution insolite : lécher les rails. Les roues se déplaçant sur les rails laissent sur leur passage des limailles de fer dont les cerfs se « nourrissent ».

A cause de ce besoin, les cerfs bloquent les voies et certains trains n’ayant pas le temps de réagir les tuent en les frappant violemment. En 2016, le ministère japonais des Transports a recensé 613 cas de collisions entre des trains et des cerfs, entraînant de nombreux retards pour les voyageurs. Pour mettre un terme à ce problème, la société des chemins de fer japonais a donc décidé de trouver une solution qui ne ferait pas de mal aux animaux.

LE TRAIN ABOYEUR, SOLUTION RETENUE ?

Pour réduire le nombre d’animaux tués près des chemins de fer, des chercheurs de l’Institut de recherche technique ferroviaire (RTRI) ont donc imaginé un klaxon dont le bruit imite l’aboiement d’un chien. Il est le résultat d’une combinaison de sons testées et conçues spécialement pour faire peur aux cerfs. Les animaux, qui se réunissent généralement la nuit, fuient la voie ferrée au bout de 20 secondes d’aboiement.

Suite à des tests, les chercheurs ont remarqué qu’avec cette technique, les observations de cerfs avaient réduit de moitié. Le train aboyeur s’avère donc efficace et il ne nuit pas aux personnes habitant près des voies. La solution est encore en phase de test, mais si les résultats s’avèrent concluants, des stations fixes émettant l’aboiement pourraient également être installées.

D’AUTRES ALTERNATIVES ENVISAGÉES ?

L’idée du train aboyeur n’est pas la seule piste que le Japon a envisagée pour faire fuir les cerfs s’approchant trop près des voies. Parmi les options évoquées, l’une d’elles consistait à pulvériser aux abords des voies des excréments de lions. L’odeur aurait pu faire fuir les animaux car elle est celle d’un prédateur, cependant cette solution a été abandonnée à cause de la pluie qui emportait les excréments au loin.

Une autre solution consistait à contrôler les traversées de chevreuils et de cerfs grâce à des ultrasons. Ces ultrasons sont émis quand les trains ne circulent pas pour permettre aux animaux de s’approcher sans risque des voies. Imaginé par Yuki Hikita, un employé des chemins de fer, cette idée lui a permis d’obtenir en décembre le Good Design Award.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux