— pilipphoto / Shutterstock.com

L’endive ou le chicon est un légume léger. On l’appelle également chicorée en Belgique et dans le nord de la France où 90 % de la production mondiale est cultivée. Mais comment se fait-il que l’endive soit un produit de luxe à 7 euros la pièce au Japon ?

La première étape consiste à se procurer les racines des endives dans les champs. Pour avoir une texture parfaite et une couleur blanche, on les cultive dans un endroit sombre où on les arrosera de temps en temps. Si elles sont exposées à la lumière, elles deviennent vertes et on ne pourra plus les vendre. Ainsi, après trois semaines, elles peuvent être dégustées aussi bien en sauce, sautées que transformées en glace. Toutefois, les Japonais ont des exigences particulières, elles doivent être pointues et fines. Aussi, toutes les endives dans une boîte doivent avoir la même taille. Et chacune doit peser entre 130 à 160 grammes.

En effet, selon Patrick Van Igelgom, un cultivateur, l’endive est quelque chose de tropical. Elle est très bonne pour la santé, spécialement pour les femmes enceintes, étant donné qu’elle est très riche en fibres. C’est ainsi que Didier Lapoutre, un exportateur, envoie 150 tonnes d’endives par an à travers le monde entier. Après les avoir mises et enfermées dans des caisses en bois, on les envoie vers l’aéroport. C’est chaque lundi et chaque jeudi qu’elles prendront le vol, de la Belgique jusqu’à Tokyo. Elles y seront vendues 7 euros l’unité. Cela est en grande partie dû à la supériorité de la demande en Asie par rapport à l’offre en Europe.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de