Au Tibet, il est interdit de se réincarner sans l’autorisation du gouvernement chinois

En réalité, cette loi est exclusive aux moines tibétains. Depuis 2007, seuls les monastères du bouddhisme tibétain accrédités par le gouvernement chinois ont le droit de demander une validation de réincarnation. En somme, lorsque des moines pensent avoir découvert un Tulku (Bouddha vivant), ils doivent obligatoirement faire une demande d’autorisation. Cette loi cache une bien sombre histoire : le contrôle de la religion au Tibet. D’ailleurs, le gouvernement chinois avait refusé le choix fait par le Dalaï Lama, de la réincarnation du Panchen Lama, second dans la hiérarchie du bouddhisme tibétain, et avait choisi son propre Panchen Lama.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de