Bonne nouvelle : la France interdit définitivement les pesticides au métam-sodium sur son territoire

Utilisé notamment par les producteurs de mâche, le métam-sodium avait été récemment mis en cause après plusieurs cas d’intoxications constatés dans l’ouest de la France. Jugeant que ce pesticide représentait « un risque pour la santé humaine et l’environnement », L’Anses vient d’interdire officiellement son utilisation sur notre territoire.

 

Le métam-sodium présente un risque pour la santé humaine et l’environnement

Suite à un réexamen poussé des autorisations de mise sur le marché de pesticides à base de métam-sodium et de leurs conditions d’utilisation, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a déterminé que ces produits, principalement utilisés sur des cultures maraîchères, telles que la mâche et la tomate, ou encore l’horticulture, présentaient « un risque pour la santé humaine et l’environnement » et décidé d’interdire leur utilisation en France d’ici la fin du mois de novembre.

Principalement utilisés dans l’ouest de la France, les produits à base de métam-sodium, qui évitent notamment la prolifération des vers et des champignons et permettent de désinfecter les sols avant l’installation des cultures, doivent être utilisés en grande quantité pour être efficaces. Selon l’Anses, quelques 700 tonnes de ce type de pesticides sont déversées chaque année sur les cultures françaises.

 

Le secteur du maraîchage particulièrement impacté par cette interdiction

Au cours des trois derniers mois, plusieurs cas d’intoxication au métam-sodium avaient été constatés dans le Maine-et-Loire et dans le Finistère, ce qui avait dans un premier temps poussé le gouvernement à suspendre son utilisation sur l’ensemble du territoire jusqu’en janvier 2019. Suite à l’annonce de cette interdiction définitive, l’Anses a notifié les industriels concernés que le retrait des autorisations de mise sur le marché de ce type de pesticides serait effectif dans les semaines à venir.

Principal producteur et importateur de mâche dans l’Union européenne (environ 35 000 tonnes par an), le département de Loire-Atlantique, où le maraîchage représente environ 4 600 emplois, devrait être l’un des plus impactés par cette interdiction. Toutefois des alternatives au métam-sodium existent et sont déjà employées par les agriculteurs, comme la solarisation ou la désinfection à la vapeur.

© Pixabay

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux