Pour lutter contre la pollution, un jeune indonésien a conçu un sac plastique… qui se boit !

L’Indonésie connaît un grand problème de pollution plastique, particulièrement Bali. En effet, la densité de la population et les touristes qui défilent chaque année font augmenter significativement le taux de pollution. Près de 13 000 mètres cubes d’ordures sont déversés chaque jour dans les décharges publiques et seulement la moitié d’entre elles sont recyclées. Kevin Kumala, un jeune entrepreneur local, a décidé de renverser la situation grâce à des sacs plastiques solubles. Explications.

La pollution est une triste réalité. En Indonésie, les déchets ne sont pas ramassés et quand ils le sont, les camions se contentent de collecter les ordures et de les déverser dans la rivière la plus proche ou dans la forêt. Ils ont souvent recours à l’incinération quand ils n’enterrent pas les déchets. Ces méthodes polluent l’air et les nappes phréatiques de manière irréversible. Fort de ce constat, un jeune entrepreneur local décide de mettre au point un sac plastique soluble, que l’on peut boire sans risque.

Une publication partagée par Avani (@avanieco) le

En 2014, la société Avani Eco voit le jour avec à sa tête, Kevin Kumala. Elle fabrique des sacs, des ponchos et des emballages alimentaires en plastique 100 % bio destinés à un recyclage écoresponsable. Puis, elle commence à élaborer sa propre formule en utilisant du manioc. Le manioc est une plante originaire d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud connue pour ces valeurs nutritionnelles.

Ces sacs plastiques sont d’apparence très banale, à la seule différence qu’ils se boivent grâce à des propriétés solubles. Kumala démontre à travers une vidéo que ces sacs plastiques de manioc sont inoffensifs. « Je voulais montrer que ce plastique bio était tellement inoffensif pour les animaux que même un humain pourrait le boire. Je n’étais absolument pas nerveux vu que j’avais passé des tests de toxicité alimentaire », a-t-il confié à CNN.

Le jeune entrepreneur est bel et bien décidé à répandre son plastique et de le substituer au plastique traditionnel. Malheureusement, le prix d’achat de ses sacs plastiques est deux fois plus élevé que la normale. Il sera donc très difficile de convaincre les entreprises d’adopter cette solution. Par ailleurs, le gouvernement français a tout de même décidé de bannir les sacs plastiques d’ici à 2018. Ces sacs plastiques en manioc seront peut-être notre futur !


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux