Ce nouveau rapport révèle que les émissions de CO2 annuelles de l’Inde ont diminué. Une première en l’espace de quatre décennies, qui ne résulte pas uniquement des mesures restrictives mises en place pour endiguer l’épidémie de coronavirus.

Une baisse historique des émissions de dioxyde de carbone

Un ralentissement économique, le recours croissant aux énergies renouvelables dans le pays et l’impact de la pandémie de coronavirus ont contribué à cette baisse selon cette nouvelle analyse du site Carbon Brief. Si les chercheurs avaient déjà constaté un affaiblissement de la demande en matière d’énergie fossile courant 2019, les mesures restrictives mises en place pour freiner la propagation du coronavirus ont provoqué une nouvelle baisse plus marquée en mars, faisant passer la croissance de la production de ce type d’énergie en dessous de zéro pour la première fois en trois décennies. Ce qui s’est traduit par une baisse de 15 % des émissions de CO2 en mars, et de 30 % en avril.

En étudiant la consommation de pétrole, de gaz et de charbon, les chercheurs ont estimé que les émissions de CO2 avaient chuté de 30 millions de tonnes au cours de l’année fiscale s’étant terminée en mars, ce qui représenterait la première baisse annuelle pour le pays en l’espace de quatre décennies. Les analystes du Centre de recherche sur l’énergie et l’air pur (CREA) ont rappelé que la demande de charbon était déjà en baisse dans le pays, avec des livraisons de charbon ayant chuté de 2 % au cours de l’année fiscale, une première en l’espace de deux décennies. Cependant, cette tendance s’est accentuée en mars, avec une baisse de 10 % des ventes de charbon et de 27,5 % des importations.

— Dinesh Hukmani / Shutterstock.com

Depuis l’instauration du confinement, les agglomérations indiennes respirent mieux

Le 25 mars dernier, l’Inde décrétait un confinement national afin d’endiguer la progression du coronavirus, impliquant la fermeture des usines, des marchés, des magasins et des lieux de culte, ainsi que par la suspension de la majorité des transports et des chantiers de construction. Depuis, les agglomérations du pays enregistrent des niveaux beaucoup plus faibles de particules fines (PM 2,5) et de dioxyde d’azote, rejeté par les véhicules et les centrales. Suite à l’examen des données du réseau national indien et du principal producteur de charbon, les analystes ont estimé que les perturbations engendrées par la crise sanitaire avaient réduit la demande d’électricité en Inde, se traduisant par une baisse de la demande en charbon.

En matière de production d’électricité, les chercheurs ont constaté que celle obtenue à partir du charbon avait diminué de 15 % en mars et de 31 % au cours des trois premières semaines d’avril, tandis que la production d’énergie renouvelable avait augmenté de 6,4 % en mars et diminué d’1,4 % en avril, consécutivement aux mesures de confinement. Si la consommation de pétrole faiblissait depuis début 2019, les analystes ont noté que les restrictions avaient eu un « impact dramatique » sur la consommation de pétrole dans les transports, avec une baisse de 18 % de celle-ci en mars dernier par rapport à l’année précédente.

Les perturbations engendrées par la crise sanitaire pourraient agir comme catalyseur

Bien que la consommation de pétrole ait augmenté de 0,2 % au cours de l’année fiscale, il s’agit de la croissance la plus faible enregistrée en Inde depuis au moins 22 ans. Selon les analystes, cette baisse due au coronavirus fait toutefois écho au ralentissement de la demande dans le secteur s’étant esquissé plus tôt dans l’année. Si la consommation de gaz naturel avait augmenté de 5,5 % au cours des 11 premiers mois de l’année fiscale, celle-ci aurait chuté d’environ 20 % durant la période de confinement.

Les analystes de Carbon Brief rappellent que la pandémie de coronavirus n’impactera largement les émissions de gaz à effet de serre de l’Inde qu’à court terme, mais estiment que les perturbations engendrées pourraient toutefois « catalyser, renforcer ou accélérer les facteurs ayant guidé les politiques de l’Inde pour les réduire ».

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de