Livre des morts de Hunefer (environ 1290 av. J.-C.) – © The Trustees of the British Museum

Une excellente nouvelle pour les passionnés d’histoire. Actuellement fermé en raison de la pandémie de coronavirus, le British Museum vient d’enrichir sa collection en ligne qui inclut dorénavant près de 4,5 millions d’images, dont près de 2 millions proposées sous licence Creative Commons.

Une opportunité unique d’explorer la richesse, la diversité et la complexité de l’histoire humaine

Suite à la réorganisation de sa base de données, le célèbre musée londonien propose dorénavant 1,9 million de photographies et d’images d’artefacts historiques et autres objets en haute résolution sous licence Creative Commons 4.0 autorisant leur utilisation à des fins non commerciales, ce qui signifie que les internautes peuvent les télécharger librement depuis le site officiel du British Museum, et les partager ou les réutiliser du moment qu’ils incluent les crédits appropriés.

Dévoilée plus tôt que prévu en raison du confinement, cette nouvelle version de la collection en ligne du British Museum voit également l’arrivée de 280 000 nouvelles photographies d’objets et de 85 000 descriptifs associés, dont la majorité s’avèrent être des acquisitions faites par l’établissement ces dernières années (73 portraits de Damien Hirst, aquarelle de Rossetti, pendentif de l’âge de bronze vieux de 3 000 ans…).

« Que vous soyez étudiant, artiste, érudit ou tout simplement passionné d’histoire et de culture, il s’agit d’une opportunité unique d’explorer la richesse, la diversité et la complexité de l’histoire humaine », a notamment déclaré Hartwig Fischer, directeur du British Museum.

Cette refonte constitue la plus grande mise à jour de la collection en ligne du musée depuis sa création en 2007, qui se trouve désormais accessible sur smartphone et tablette en plus des navigateurs web classiques. Parmi les incontournables, on retrouve notamment la pierre de Rosette, les artefacts de Sutton Hoo, le cylindre de Cyrus, les sculptures du Parthénon ou encore des bronzes du Bénin, accompagnés de descriptifs détaillés (dimensions, matériaux utilisés, historique des expositions et acquisitions, commentaires des conservateurs).

Autre nouveauté majeure : la possibilité de scruter certains objets iconiques de la collection dans les moindres détails. Actuellement disponible pour un nombre restreint d’entre eux (Moaï de l’île de Pâques, parchemin d’Admonition…), cette fonctionnalité sera élargie à des milliers d’objets dans les semaines à venir.

Pour accéder à l’ensemble de la collection, il vous suffit de suivre ce lien.

Esquisse de Raphaël pour « La Vierge à l’Enfant » (1509-1511) – © The Trustees of the British Museum
Tête en laiton d’un roi d’Ife, Nigeria (14e-15e siècle) – © The Trustees of the British Museum
Sarcophage du prêtre égyptien Hornedjitef, provenant de Thèbes, 240 avant J.-C. – © The Trustees of the British Museum
Pierre de Rosette (IIe siècle av. J.-C.) – © The Trustees of the British Museum
Jarre cloisonnée, période Xuande de la dynastie Ming (1426-1435) – © The Trustees of the British Museum
Statue de la déesse Tara, découverte au Sri Lanka (700-750 après J.-C.) – © The Trustees of the British Museum
Illustration d’Albrecht Dürer (vers 1502-1504) – © The Trustees of the British Museum
Amulette afghane – © The Trustees of the British Museum
Casque de Sutton Hoo (début du VIIe siècle) – © The Trustees of the British Museum
Pièces d’échecs de l’île de Lewis (1150-1200) – © The Trustees of the British Museum
Daguerréotype stéréoscopique de Napoléon III (1858) – © The Trustees of the British Museum

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de