L’un des plus grands mystères de l’île de Pâques vient enfin d’être élucidé par les archéologues

L’île de Pâques est une île connue pour ses statues qui dominent tout le paysage. Ces statues, bien que célèbres restent emplies de mystères, surtout concernant leur construction. Des archéologues ont récemment découvert le secret qui se cache derrière la construction des statues de l’île de Pâques.

DES STATUES QUI CONTINUENT DE FASCINER

Les immenses statues Moai sont les attractions principales de l’île de Pâques, île située en Polynésie et appartenant au Chili. Ces gigantesques statues de pierre culminant à 10 mètres et pesant près de 81 tonnes n’ont de cesse de fasciner les foules, notamment concernant leur installation. On s’est longtemps demandés comment d’aussi imposants édifices avaient bien pu se retrouver à cette place. Tout d’abord, des archéologues se sont penchés sur la méthode de déplacement des statues depuis les carrières de tuf (roche volcanique) jusqu’à leur emplacement final.

L’explication est assez simple, le peuple des Matamua, tribu polynésienne qui a érigé ces statues, a eu recours à la même technique que l’on utilise pour déplacer un réfrigérateur. Cette méthode a été testée en 2011 sur une réplique de 5 tonnes en utilisant la force de 18 hommes répartis en 3 équipes. Ils sont parvenus à déplacer la statue sur 100 mètres mais il n’a pas été pris en compte que la réplique était en béton, une matière bien plus solide que le tuf dont sont faites les statues originales. La théorie qui semble le mieux coller est que les Matamua ont transporté les blocs de tuf sur l’emplacement de la statue et l’ont ensuite sculptée sur place.

Restait l’un des principaux mystères des statues Moai : leur chapeau, ou pukao. Ces grands cylindres sont faits de scories rouges, une roche différente, donc, de la statue. Pendant longtemps une théorie semblait dire que les pukao auraient pu avoir été fixés sur les statues avant leur déplacement, toutefois, il n’y a pas de trace de fixation sur les ruines des statues tombées avec le temps, cette hypothèse a donc été écartée. Restait la possibilité que les pukao aient été sculptés en amont puis posés sur le sommet des statues. Mais comment ?

UN SYSTÈME D’INSTALLATION SIMPLE ET EFFICACE

C’est une récente étude d’archéologues qui a révélé la possible méthode d’installation de ces fameux chapeaux. En effet, étant de forme principalement cylindriques, il peut être simple de les faire rouler d’un endroit à un autre. Mais comment les faire rouler jusqu’au sommet de ces colossales statues pouvant atteindre jusqu’à 10 mètres de haut ? Les tribus polynésiennes auraient tout simplement utilisé un système de cordes sur une planche.

En effet, ils auraient enroulé des cordes autour des chapeaux en forme de cylindres et n’auraient eu qu’à tirer sur ladite corde pour les hisser sur le commet des têtes des statues. Cette méthode s’appelle de “parbuckling” et est déjà utilisée pour les pirogues. Ils se seraient servies de longues planches afin d’atteindre le sommet depuis le sol. Une fois arrivés en haut, ils pouvaient aisément disposer le chapeau comme ils le souhaitaient. Les archéologues ont d’ailleurs trouvé sur le sol des restes de roches issues des pukao, ce qui indique qu’ils ont subi des forces de frottement une fois au sommet.

Une méthode simple mais qui reste toutefois efficace et surtout qui serait l’explication la plus plausible concernant le mystère des chapeaux des statues de l’île de Pâques. De plus, au vu de la taille des objets à tirer cette méthode n’aurait demandé la force que de 15 hommes ce qui est relativement peu.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux