Au cours des dix dernières années, la société mère d’Ikea a investi environ 2,7 milliards de dollars dans les énergies renouvelables. Dernièrement, l’entreprise a déclaré que ses derniers investissements, dans deux grandes centrales solaires aux Etats-Unis et un parc éolien en Roumanie, lui rapporteraient plus de bénéfices que ce qu’elle prévoyait d’atteindre en un an. Plus concrètement, la société sera en mesure de faire fonctionner tous ses bâtiments et ses magasins de vente au détail, à l’énergie renouvelable.

Dans son article paru le 19 septembre 2019, Fast Company rapporte les propos de Pia Heidenmark Cook, directrice du développement durable du groupe Ikea, qui déclare que « les magasins Ikea sont actuellement recouverts de plus de 900.000 panneaux solaires » et que le groupe « possède également plus de 500 éoliennes sur le site ». Outre ces possessions, le groupe compte également « devenir copropriétaire d’immenses usines hors site », tout ceci dans le but de devenir neutre en carbone.

Lutte contre le carbone

Ikea compte effectivement réduire plus d’émissions de gaz à effet de serre qu’il n’en émet et cela, tout au long de la chaîne de valeur de la société, qu’il s’agisse des véhicules électriques pour les livraisons ou des efforts pour le changement de comportement des consommateurs. Par exemple, la firme commence déjà à opter pour le chauffage et la climatisation renouvelables dans ses magasins, mais cette vision s’applique aussi aux produits de l’entreprise.

« Nous sommes en train de réanalyser les matériaux qui entrent dans les produits : lesquels sont lourds en carbone ? Lesquels ont la plus grande empreinte ? Existe-t-il actuellement des matériaux alternatifs ou devons-nous innover pour trouver de nouveaux matériaux ? » L’un des objectifs de l’entreprise est effectivement de n’utiliser que des matériaux recyclés ou renouvelables d’ici 2030.

Thinnapob Proongsak / Shutterstock.com

Changement dans le modèle commercial de la société

Par ailleurs, Ikea compte aussi repenser son modèle commercial et y faire adhérer l’option de location de mobilier ou encore la récupération des produits qui ne sont plus utilisés par les clients. Ainsi, ces matériaux pourront-ils être réutilisés au lieu de se retrouver dans les décharges, d’autant plus qu’ils concentrent la plus grande empreinte carbone émise par Ikea.

En les réutilisant, l’entreprise pourrait réduire considérablement ses émissions de gaz à effet de serre conformément aux objectifs fixés par l’accord de Paris sur le climat. Le programme de location de mobilier, par exemple, pourrait s’étendre dans 30 pays.

Par conséquent, même si Ikea prévoit une extension dans les prochaines années, elle compte aussi réduire de 50 % ses émissions de carbone d’ici 2030. Les émissions restantes seront compensées par d’autres projets comme la plantation d’arbres et plus d’énergie renouvelable. Sur le plan financier, Pia Cook confie que « c’est rentable de travailler avec l’énergie éolienne et solaire. C’est une bonne affaire. Donc, il y a cette partie, et bien sûr, c’est la bonne chose à faire. »

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de