© New China TV / Youtube

Inspirée par le fonctionnement du cerveau humain, cette puce hybride mise au point par une équipe de chercheurs chinois contrôle les déplacements d’un vélo de façon entièrement autonome et pourrait représenter l’avenir de l’intelligence artificielle.

Cette bicyclette autonome vous suit partout

En 2016, Google avait créé la sensation sur la toile avec un clip vidéo présentant son concept de bicyclette autonome évoluant dans les rues d’Amsterdam. Si la séquence en question s’était révélée être un poisson d’avril, le vélo autonome que nous vous présentons aujourd’hui est tout ce qu’il y a de plus réel. Utilisant une puce hybride aux capacités étonnantes, ce dispositif mis au point par des chercheurs de l’université Tsinghua de Pékin est capable de s’auto-équilibrer, contourne les obstacles et peut même être guidé à la voix.

Shi Luping et ses collègues se sont inspirés de la structure du cerveau humain pour développer la puce Tianjic, qui présente un design hybride lui permettant d’exécuter deux types d’algorithmes différents. Utilisées conjointement, ces deux architectures permettent de faire fonctionner les réseaux neuronaux artificiels assurant la détection d’obstacles, le déplacement de la bicyclette et la gestion de son équilibre, la reconnaissance vocale, ainsi que le fonctionnement des autres logiciels embarqués.

Ce vélo autonome capable d’éviter les obstacles peut effectuer des virages à 50° et atteindre la vitesse de 15 km/h

Une première étape pour le développement d’une « IA forte »

Dans un article publié dans la revue scientifique Nature, les chercheurs chinois ont décrit le fonctionnement de la puce et de la bicyclette et également suggéré qu’une telle architecture hybride se révèlerait cruciale pour l’avenir de l’IA. Celle-ci constituerait selon ses auteurs une première étape pour le développement de « l’intelligence artificielle générale », aussi appelée « IA forte », qui vise à permettre à des machines (et plus particulièrement à des systèmes informatiques) de simuler les processus cognitifs humains.

Ce dispositif illustre également les nets progrès réalisés ces dernières années par la Chine en ce qui concerne la conception de puces informatiques. Bien que la fabrication à grande échelle des composants les plus avancés reste à l’heure actuelle encore hors de portée, l’Empire du Milieu refait peu à peu son retard sur les États-Unis, leaders dans le domaine, grâce à son industrie en plein essor. Avec ces nouveaux travaux, les chercheurs chinois démontrent que le pays est d’ores et déjà en mesure de concevoir des puces tirant spécifiquement profit de l’IA ultra-compétitives.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de