intelligence artificielle
— martan / Shutterstock.com

L’intelligence artificielle, bientôt la cause de l’extinction de l’humanité ? C’est en tout cas ce que pense un historien. Explications.

Comme l’a rapporté le Washington Post, l’historien et philosophe Émile Torres est préoccupé par la superintelligence artificielle (ASI), autrement dit une puissance artificielle qui dépasserait les capacités cognitives de l’Homme. Et, cela pourrait, selon lui, être la cause de l’extinction de l’humanité. Pourquoi ? Parce que nous ne serions pas capables de prédire ou bien de contrôler les actions de l’intelligence artificielle.

« Et si nous programmons une ASI pour établir la paix dans le monde et qu’elle pirate les systèmes gouvernementaux pour lancer toutes les armes nucléaires sur la planète – en pensant que si aucun humain n’existe, il ne peut plus y avoir de guerre ? Oui, nous pourrions la programmer explicitement pour qu’elle ne fasse pas cela. Mais qu’en est-il de son plan B ? », a expliqué Émile Torres.

L’historien ajoutant : « Le succès de l’un de ces projets serait l’événement le plus significatif de l’histoire humaine. Soudain, notre espèce serait rejointe sur la planète par quelque chose de plus intelligent que nous. Cela signifie que, même si cela pourrait nous aider à guérir des maladies comme le cancer et la maladie d’Alzheimer, ou à nettoyer l’environnement, cela pourrait aussi se retourner contre nous et peut-être choisir de nous anéantir complètement. » Par conséquent, « avant qu’il ne soit trop tard, la recherche sur l’intelligence artificielle doit ralentir, voire s’arrêter. Et si les chercheurs ne prennent pas cette décision, les gouvernements devraient la prendre pour eux. »

S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
maplume
maplume
20 jours

C’est déjà trop tard et les gouv sont trop a la ramasse pour capter.

Nath
Nath
15 jours

On a déjà commencé par numériser les identités… C’est déjà « Big Brother is watching you. »
Jusque là on pouvait se dire que celui qui n’a rien à se reprocher n’en aurait que faire, mais comme on n’ est pas dans un monde de Bisounours…