Les intelligences artificielles n’ont plus besoin des humains pour apprendre des langues étrangères

Si les intelligences artificielles sont capables d’obtenir leur diplôme de médecine, elles peuvent maintenant apprendre une langue encore plus facilement que les humains. C’est le sujet étonnant de deux études réalisées par deux équipes de chercheurs. Le plus fou, c’est que ces intelligences artificielles n’ont ni eu besoin de dictionnaire, ni d’une aide humaine pour devenir bilingues.

QUE DÉVOILENT LES DEUX ETUDES ?

La première étude, réalisée par Makil Artetxe, présente une méthode d’apprentissage unique qu’il a expérimenté sur une intelligence artificielle. Baptisée « Machine Learning », cette méthode automatique et non supervisée par un humain permet à l’IA de traduire des textes sans utiliser de dictionnaire. L’ingénieur, qui travaille à l’Université du Pays Basque de San Sebastian, précise que le système en question ne nécessite pas de texte parallèle ou identique dans une autre langue pour aider l’IA dans son apprentissage.

La deuxième étude a quant à elle, été rédigée par Guillaume Lample, ingénieur français du département d’intelligence artificielle de Facebook. Dans le cadre de ses recherches, totalement indépendante de la précédente, il a lui aussi décidé d’apprendre une langue à une intelligence artificielle en utilisant la même technique. Ces deux études ont été menées dans un même but : montrer qu’un réseau neuronal peut apprendre à traduire une langue qu’il ne connait pas et ce sans se fier à un dictionnaire ou à une aide extérieure.

COMMENT CES IA ONT-ELLES APPRIS À TRADUIRE ?

Dans les deux cas, les chercheurs ont tout d’abord développé la méthode d’apprentissage des intelligences artificielles. Celle-ci repose sur l’association de mots, et ce, quelle que soit la langue. Si on vous dit par exemple le mot table, vous l’associez immédiatement au mot chaise. A partir de cette idée, l’intelligence artificielle fait alors une cartographie de toutes les connexions qui existent dans les langues qu’elle veut traduire.

Elle fait ensuite le rapprochement entre les connexions effectuées et les deux langues pour pouvoir traduire des mots. Une autre étape est au centre du processus d’apprentissage de ces IA : la représentation d’une phrase avant de la traduire. Si elle est déterminante pour créer une future intelligence artificielle généralisée, celle-ci demeure en cours de développement et d’amélioration. Mais les premiers résultats sont encourageants.

robot-ecran
De nombreux spécialistes estiment que l’intelligence artificielle nous surpassera via Shutterstock

QUE VALENT LES IA PAR RAPPORT A D’AUTRES TRADUCTEURS ?

Pour voir l’efficacité de leurs méthodes d’apprentissage, les deux intelligences artificielles ont subi des tests de traduction de l’anglais vers le français et inversement. L’exercice a également été demandé à des traducteurs humains ainsi qu’à Google Traduction. Les résultats révèlent que les intelligences artificielles ont obtenu un score de 15, chiffre loin de ses concurrents (40 pour Google Traduction et 50 pour les traducteurs humains).

Les résultats peuvent paraître faibles, pourtant ils montrent que les techniques employées par les IA sont meilleures que la traduction mot à mot. Il ne faut pas oublier non plus que les IA n’ont aucun apprentissage supervisé, ce qui est le cas de Google Traduction. Les avancées que représentent ces techniques d’apprentissage sont donc déjà énormes même si elles sont encore à leurs débuts. D’ici quelques années, si la technique est de plus en plus performante, les IA pourront donc apprendre sans l’aide de l’Homme et sans dictionnaire de nouvelles langues !


Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté, doit commencer par leur garantir l’existence

— Léon Blum