Dans le monde dans lequel nous vivons, nous sommes soumis à toute sorte de stress et de peurs. Arrivées à un niveau assez extrême, ces peurs se manifestent sous forme de phobie. La phobie se définissant comme une peur irrationnelle de tout ou n’importe quoi, une personne phobique peut avoir peur des araignées, de la foule, ou dans ce cas-ci, des forêts.

L’hylophobie, ou également appelée xylophobie, est une peur irrationnelle et intense des zones boisées et des forêts. L’hylophobie fait partie de ce que l’on appelle une phobie spécifique, et elle trouve généralement ses origines dans des traumatismes et des mauvaises expériences dans des zones boisées. L’hylophobie peut également être influencée ou intensifiée par d’autres peurs phobiques, comme la phobie des animaux, la peur du noir ou encore la peur de l’inconnu.

La peur des zones boisées peut également être exacerbée par des facteurs socioculturels, comme les croyances, les légendes ou même les films d’horreur. En effet, si les forêts sont parfois dépeintes comme des lieux où règnent la magie et de joyeuses créatures de légendes, d’autres mythes et films d’horreur les dépeignent comme les lieux de prédilection des monstres et des psychopathes. Cela a énormément d’influence, surtout sur les enfants. Or, les phobies comme la xylophobie ont tendance à apparaître dans l’enfance.

Dans les cas les plus extrêmes d’hylophobie, les individus peuvent même avoir peur des arbres ou du bois. Cela arrive notamment lorsqu’une personne a subi un grave traumatisme lié à un objet en bois ou à un arbre.

Quoi qu’il en soit, cette peur n’est pas une fatalité avec laquelle il faut vivre éternellement. Comme pour la majorité des phobies spécifiques, elle peut être traitée à l’aide d’une thérapie. Dans certains cas, l’hypnose et la prise de médicaments peuvent être nécessaires.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de