— Stasique / Shutterstock.com

Des chercheurs américains ont mis au point un gel injectable permettant l’administration prolongée de médicaments dans les articulations endommagées afin de maintenir l’inflammation à distance.

Une administration ciblée

Maladie articulaire conduisant à la destruction du cartilage, l’arthrose touche environ 10 millions de personnes en France. Dans le cadre de travaux publiés dans la revue Biomaterials, les chercheurs de l’université de New York se sont concentrés sur sa forme post-traumatique, conséquence d’un dommage causé à une articulation, pour laquelle il n’existe actuellement aucun traitement efficace.

Le principal défi consistait à faire en sorte que les substances médicamenteuses atteignent les articulations et y restent suffisamment longtemps pour supprimer l’inflammation et favoriser la régénération du cartilage. Pour le surmonter, l’équipe a intégré un composé constitué de polypeptides, de protéines et d’un facteur de croissance anti-inflammatoire dans un gel polymère injectable.

À la température du corps, ces composés forment un réseau poreux qui offre un environnement biomécanique optimal pour la libération prolongée des facteurs de croissance anti-inflammatoires, tout en favorisant la régénération des tissus.

— Alexa_Space / Shutterstock.com

Des résultats prometteurs

L’équipe a pu le démontrer dans des expériences in vitro, puis in vivo sur les ligaments croisés antérieurs de lapins, où l’injection de l’hydrogel a empêché l’apparition et la progression de l’arthrose post-traumatique. Le gel étant basé sur des protéines plutôt que sur des matériaux synthétiques, il devrait donc être bien toléré par l’organisme et se biodégrader en quelques semaines.

Il reste encore du travail pour déterminer le dosage optimal en fonction des différents scénarios, mais les scientifiques estiment que ces premiers résultats prometteurs constituent la base d’une nouvelle thérapie, non seulement pour l’arthrose, mais aussi d’autres affections impliquant l’endommagement ou l’inflammation des articulations.

« Ce nouveau système d’administration de médicaments peu invasif pourrait être utilisé pour prévenir et traiter l’arthrose ainsi que d’autres maladies articulaires dégénératives », a estimé Jim Kim Montclare, auteur principal de l’étude.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments