— Tarasyuk Igor / Shutterstock.com

L’accès à l’eau potable représente un défi majeur dans de nombreuses régions du monde. Des chercheurs de l’université du Texas à Austin ont mis au point un nouveau comprimé d’hydrogel capable de désinfecter un litre d’eau de rivière en une heure.

Une approche prometteuse

La méthode la plus courante pour purifier l’eau consiste généralement à la faire bouillir, mais cela nécessite du temps et de l’énergie, dont les régions du globe en développement ne disposent pas toujours. Pour cette nouvelle étude parue dans la revue Advanced Materials, les chercheurs ont mis au point un comprimé d’hydrogel devant simplement être placé dans un récipient contenant de l’eau. Tuant plus de 99,999 % des bactéries en une heure environ, celui-ci peut ensuite être retiré et ne laisse ni résidu ni produit chimique indésirable.

Les comprimés fonctionnent en générant du peroxyde d’hydrogène, qui agit avec les particules de charbon actif pour tuer les bactéries en perturbant leur métabolisme. L’équipe affirme qu’aucun sous-produit nocif n’est créé au cours du processus.

Ces purificateurs à base d’hydrogel pourraient également être utilisés pour améliorer d’autres techniques, comme la distillation solaire. Utilisant la chaleur de notre astre pour évaporer l’eau (ainsi délestée de ses principaux contaminants) et la recueillir dans un autre récipient, ces systèmes sont cependant susceptibles d’être pollués par des microbes, et l’équipe affirme que son nouvel hydrogel pourrait résoudre le problème.

Le comprimé à l’oeuvre — © The University of Texas at Austin

Des comprimés assez faciles à produire à grande échelle

Bien que seuls des essais à petite échelle aient été menés jusqu’à présent, les nouveaux hydrogels devraient également être assez faciles à produire industriellement. Selon les chercheurs, les matériaux et procédés nécessaires sont simples et peu coûteux, et les produits peuvent prendre toutes sortes de formes et de tailles afin de répondre à des besoins spécifiques.

« Notre hydrogel multifonctionnel pourrait aider à faire face à la pénurie mondiale d’eau, car il est facile à utiliser, très efficace et potentiellement productible en masse », déclare Guihua Yu, auteur principal de l’étude.

Le processus de commercialisation étant déjà amorcé, les prochaines étapes consisteront à trouver des moyens d’affiner la composition des hydrogels afin qu’ils tuent une plus grande variété de bactéries et de virus.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de