Hydnora africana, la plante parasite qui dégage une odeur de matières fécales

Hydnora africana, la plante parasite qui dégage une odeur de matières fécales

L’Hydnora africana est une plante unique, elle ne contient ni chlorophylle ni feuilles. Avec ses parties végétatives ressemblant davantage à un champignon, il s’agit de l’une des plantes les plus étranges au monde. En plus de parasiter d’autres plantes et d’avoir une allure effrayante, elle dégage une odeur répugnante !

L’Hydnora africana est une plante achlorophylle de la famille des Hydnoracées, originaire d’Afrique australe, notamment des régions arides d’Afrique du Sud et d’Angola. On appelle également la fleur « jakkalskos » ou nourriture de chacal. Son surnom lui vient de son odeur qui peut s’apparenter à des matières fécales qui lui permet d’attirer ses pollinisateurs naturels. La plante pousse dans le sol, à l’exception d’une fleur charnue qui émerge du sol et émet une odeur de matières fécales pour attirer ses pollinisateurs naturels.

Wikimedia / Lytton John Musselman

L’HYDNORA AFRICANA EST L’UNE DES NEUF PLANTES QUI SENTENT LE PLUS MAUVAIS AU MONDE

 

Une plante parasite

Hydnora africana est en fait une plante qui parasite les racines d’autres plantes appartenant à la famille des Euphorbiaceae. Elle secrète ainsi des enzymes puissantes qui dissolvent les tissus durs de la plante hôte pour s’y fixer. Les Hydnora africana n’ont pas de chlorophylle et n’effectuent donc pas de photosynthèse.

Elles obtiennent leurs nutriments de la plante hôte. La plante s’attache aux racines de l’hôte et utilise certains des nutriments issus de la photosynthèse. Les fleurs de l’Hydnora africana sont plutôt rares en émergeant généralement du sol après une forte pluie. Les insectes qui pollinisent les fleurs le font en s’enfouissant dans leurs sépales à travers les très épaisses fibres qui les assemblent.

Flickr / Internet Archive Book Images

Après que les insectes aient été dans les fleurs pendant quelques jours, la fleur émerge et s’ouvre, libérant les insectes pour propager le pollen à d’autres fleurs de la région. Elles agissent comme des pièges temporaires, en retenant les scarabées qui y pénètrent suffisamment longtemps pour pouvoir recueillir le pollen. D’une certaine manière, l’Hydnora africana ressemble à une plante carnivore avec des dents, mais elle n’ingère pas les insectes. Quand il n’y a pas assez de pluie, il arrive que les fleurs n’apparaissent pas avant deux ou trois années.

 

Le délicieux fruit de l’Hydnora africana

Les fruits de cette plante poussent sous terre et mettent jusqu’à deux ans pour mûrir complètement. Chaque fruit produit environ vingt mille graines et peut atteindre environ huit centimètres de diamètre. Certains animaux les utilisent comme source de nourriture, comme par exemple les oiseaux, les chacals, les porcs-épics et les taupes. Chez les humains, il est utilisé pour le bronzage et la préservation des filets de pêche, car il est astringent.

Flickr / Derek Keats

DE NOMBREUX PRODUITS DE BRONZAGE CONTIENNENT DES EXTRAITS D’HYDRONA AFRICANA

Mais l’être humain se délecte également du fruit de cette fleur à l’odeur si désagréable. Il a le même goût et la même texture qu’une pomme de terre, avec une pulpe gélatineuse à la saveur légèrement sucrée. Des recettes des habitants locaux consistent à mélanger la pulpe du fruit avec de la crème pour obtenir un dessert délicieux. Les populations locales utilisent également le fruit comme remède à des maladies telles que la diarrhée, la dysenterie, les problèmes rénaux et vésicaux. Les racines sont également infusées puis utilisées comme exfoliantes pour le visage et traitement pour l’acné.

 

Une plante qui aide la recherche médicale

Flickr / Martin Heigan

L’utilisation de plantes pour le traitement de la dysenterie et d’autres maladies a augmenté grâce à de riches systèmes de médecine traditionnelle. Des recherches ont été menées pour déterminer les propriétés antidysentériques, phytochimiques et antioxydantes des racines d’Hydnora africana. Ses recherches ont effectivement démontré que la plante peut aider dans le traitement de ces diverses maladies. La plante contient notamment du méthanol et de l’acétone qui ont montré une activité antibactérienne et antioxydante significative, suggérant la présence d’un potentiel bioactif.

Concernant la culture de l’Hydrona africana, c’est une entreprise assez difficile, étant donné que la plante est un parasite. La culture de cette plante n’est pas particulièrement intéressante, étant donné que la plante est encore abondante dans sa région d’origine, sans oublier le fait que les fleurs sont particulièrement malodorantes. Quoi qu’il en soit, certains botanistes cultivent tout de même l’Hydrona africana, et des graines peuvent être trouvées sur certains sites Internet et pépinières.

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux