Chaque année, les Français consomment en moyenne 3,5 litres d’huile d’olive. Dans la cuisine méditerranéenne, c’est l’un des composants les plus importants. Si elle est bien utilisée, elle est même bénéfique pour la santé. En revanche, ce que la plupart des gens ignorent, c’est que sa production est un désastre pour le monde animal. Des millions d’oiseaux en seraient directement victimes. Explications.

La récolte nocturne

L’enquête a été publiée dans la revue Nature. Selon les chercheurs, en Espagne seulement, environ 2 millions d’oiseaux seraient morts à cause de la récolte nocturne de l’huile d’olive. Pour bien comprendre ce phénomène, il faut savoir que la récolte des olives se fait la nuit, lorsqu’il fait plus frais, afin de préserver l’arôme des olives. Également, cela permet d’éviter le flétrissement des fruits au soleil.

En revanche, la nuit est aussi l’occasion pour les oiseaux de se reposer dans les branches des oliviers. Totalement endormis, alors qu’ils pensaient avoir trouvé refuge, les oiseaux sont totalement désorientés et éblouis par la lumière des engins. Il faut également savoir que la saison de récolte des oliviers coïncide avec la venue d’oiseaux migrateurs venus hiverner dans le bassin méditerranéen. Et à cause des phares des véhicules, la plupart se retrouvent soumis à de fortes pressions, et l’on note de très nombreuses crises cardiaques.

Au total, ce ne sont pas moins de 2,6 millions d’oiseaux parents qui sont décimés, rien qu’en Andalousie. Pour rappel, l’Espagne est le premier producteur d’huile d’olive au monde, avec 57 % de la production en Europe, et représentant près de 38 % de la production mondiale. Mais le phénomène n’est malheureusement pas isolé, le Portugal connaît un sort semblable, puisque 96 000 volatiles y meurent chaque année.

Une catastrophe environnementale sous-estimée ?

Les experts s’accordent pour dire que c’est un problème qui dépasse les frontières géographiques, et qui devrait être bien plus pris au sérieux. Selon la Direction de la gestion des milieux naturels et des espaces protégés d’Andalousie, « c’est un problème réel, actuel, avec de graves conséquences environnementales qui dépassent les limites géographiques andalouses et hispaniques ».

En Espagne, pour chaque remorque d’olives, c’est environ une centaine d’oiseaux qui meurent. Le ratio est énorme, à hauteur de 100 morts par hectare. Pour le moment, en France, la récolte se fait de manière plus artisanale que mécanique, et les effets seraient beaucoup moins dévastateurs. Mais de plus en plus de producteurs industrialisent leur production, ce qui amènerait en toute logique aux mêmes conséquences dramatiques pour les oiseaux.

En Grande-Bretagne, les supermarchés ont admis que leur huile d’olive pouvait être la raison de millions de morts chez les oiseaux, et beaucoup se sont engagés à changer de fournisseurs. Il est alors recommandé de choisir des producteurs qui récoltent leurs olives à la main, même si cela a un coût plus important et que les rendements sont sensiblement inférieurs. Mais à l’heure où les populations d’oiseaux dans nos campagnes ont largement été réduites, à hauteur d’un tiers en 17 ans, la fragilité environnementale est plus que jamais sur le devant de la scène.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de