— Andrey Armyagov / Shutterstock.com

Les projets d’envoyer des satellites commerciaux dans l’espace et ainsi donner un accès Internet au monde entier semblent être une très bonne idée. Ces projets se multiplient et de plus en plus de satellites devraient être envoyés. Seulement, des spécialistes s’inquiètent de ce qui pourrait advenir de ces satellites. En effet, s’ils le voulaient, les hackers pourraient les pirater aisément, pour créer une « panne » ou encore les transformer en armes.

La nouvelle conquête spatiale

Depuis mai 2019, près de 350 satellites ont été envoyés dans l’espace pour fournir un meilleur accès à Internet par Starlink, la filiale de SpaceX d’Elon Musk. Depuis, l’opérateur OneWeb est entré dans la course à la conquête spatiale via les satellites commerciaux. Le 6 février, OneWeb a lancé ses premiers satellites. Au total, 34 satellites ont été mis en orbite. De plus, le mois prochain, OneWeb et Starlink lanceront encore de nouvelles fusées.

Starlink a eu l’autorisation de lancer 12 000 satellites dans l’orbite basse (moins de 2 000 kilomètres d’altitude) et souhaite en envoyer 30 000 de plus. OneWeb, quant à elle, souhaite en envoyer 2 000, un chiffre qui pourrait se transformer en 5 000. Il pourrait donc y avoir encore 47 000 satellites de plus dans l’espace cette année, voire encore plus puisque des dizaines d’opérateurs ont montré leur volonté de lancer leurs propres engins. C’est donc une nouvelle ère qui s’annonce : celle d’une constellation de milliers de satellites pour un débit Internet partout et tout le temps. Seulement, il pourrait bien y avoir un souci. En effet, selon des spécialistes en cybersécurité, il existe un réel manque de normes et de réglementations de cybersécurité de ces appareils.

Un besoin de normes et de réglementations de la cybersécurité

Certes, les satellites commerciaux de Starlink, OneWeb et des autres opérateurs vont sans aucun doute améliorer la vie de nombreux êtres humains. Un meilleur débit Internet partout et tout le temps, des meilleurs systèmes de navigation mondiaux, et même une surveillance de l’environnement depuis l’espace sont les améliorations possibles liées aux satellites qui entourent notre planète. Cependant, il semblerait qu’avec cette conquête, nous ayons oublié quelque chose de très important : la cybersécurité.

En effet, les satellites fabriqués aux Etats-Unis et à l’étranger ne seraient pas soumis à des normes réglementaires de sécurité. Certains composants, comme les CubeSats, utilisent des technologies standards, les fabricants souhaitant éviter des surcoûts de fabrication. Le problème est qu’avec de tels composants, les hackers ont la possibilité de pirater les satellites plus que facilement. De plus, certains de ces composants utilisent l’Open Source ou « code source ouvert », c’est-à-dire des possibilités de libre redistribution, d’accès au code source et de créer des travaux supplémentaires. Pour cause, de nombreux programmeurs d’entreprises différentes travaillent conjointement sur les satellites. Seulement, qui dit plus de personnes, dit aussi plus de risques.

La conquête spatiale des hackers ?

Ce ne serait pas la première fois que des hackers s’introduisent dans le système d’un satellite. À la fin des années 90, des hackers ont réussi à pénétrer dans les ordinateurs du Goddard Space Flight Center et ont ainsi pu piloter le satellite ROSAT X-ray. Ils ont pu tourner les panneaux du satellite en direction du Soleil, ce qui a rendu le satellite complètement inutilisable. Le satellite a ensuite disparu avant de s’écraser sur Terre en 2011. En 1999 également, des pirates ont pris le contrôle d’un satellite militaire britannique pour obtenir de l’argent. Plus récemment, en 2008, des hackers ont aussi réussi à pirater deux satellites de la Nasa. Les pirates de satellites peuvent aisément se servir des satellites, les rendre inutilisables, demander une rançon ou encore s’en servir comme armes dans les cas les plus extrêmes.

Aujourd’hui encore, il n’existe aucune norme ou réglementation sur la cybersécurité des satellites. Aucun organisme commun n’a été mis en place et chaque entreprise est donc responsable de la cybersécurité de ses propres satellites. De plus, la baisse des prix constants dans la fabrication de ces appareils fait passer au second plan la cybersécurité. Cependant, des analystes américains ont commencé à demander une meilleure implication du gouvernement dans la législation des normes de fabrication des satellites. Il se pourrait donc que le Congrès américain travaille bientôt sur un cahier des charges à respecter.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de