Victoire pour la cause animale : Gucci va arrêter de vendre des vêtements en fourrure

A partir de l’été 2018, la marque italienne Gucci ne commercialisera plus de vêtements ou d’accessoires faits à partir de la fourrure d’un animal tué. Un geste fort qui fait écho à celui d’Armani qui avait décidé la même chose en 2016.

« Changer la donne »

Gucci va bannir les fourrures de ses nouvelles collections dès l’année prochaine et mettra aux enchères toutes celles restantes. La recette de ces ventes devrait être versée aux organisations de défense des droits des animaux Humane Society International et LAV.

Marco Bizzarri, président du géant du luxe, a déclaré « Nous espérons que notre engagement pourra contribuer à d’autres innovations et prises de conscience, afin de rendre l’industrie de la mode plus éthique ». Ainsi, la marque reconnaît avoir ouvert les yeux sur le commerce cruel de la fourrure, sur des pratiques abominables, vestiges d’une autre époque, qui concerne de nombreux animaux : renards, visons, chinchillas, ratons laveurs, castors.

De plus en plus de marques font ce choix

L’exemple donné par l’emblématique groupe de luxe est aussi symbolique puisque la fourrure est associée au luxe. Mais d’autres avaient déjà décidé de bannir la fourrure de leur collection comme Calvin Klein, Ralph Lauren, Armani ou Tommy Hilfiger. En 2015, la chanteuse Jane Birkin a demandé à Hermès de débaptiser l’emblématique sac qui porte son nom pour protester contre les pratiques d’abattage dans une ferme de crocodiles dénoncées par une association.

« Cette évolution démontre notre engagement absolu à faire du développement durable un élément indissociable de notre activité »

Marco Bizzarri, président de Gucci

La pression est de plus en plus forte dans le milieu de la mode. De nombreuses vidéos ont révélé ces derniers temps les conditions d’élevage épouvantables d’animaux élevés uniquement pour leur fourrure. Des images montrent aussi comment leur fourrure leur est arrachée et comment ils sont élevés.

Il est quand même intéressant de savoir que la demande en fourrure de la part des clients a fortement baissé ces derniers temps. Une explication qui pourrait expliquer, notamment, ce choix de la marque italienne. L’éthique oui, mais en fonction du chiffre aussi.


L’araignée, Stegodyphus lineatus, donne naissance à ses petits et se liquéfie afin qu’ils puissent la dévorer

— @DailyGeekShow