— Chokniti Khongchum / Shutterstock.com

Contrairement à ce que de précédents travaux avaient estimé, cette étude américaine montre que les groupes sanguins n’ont pas d’influence sur la sévérité des symptômes chez les patients touchés par le Covid-19.

Les groupes sanguins n’auraient pas d’influence sur la sévérité des symptômes

L’augmentation rapide du nombre de cas de Covid-19 à l’échelle mondiale a poussé les scientifiques à redoubler d’efforts afin d’identifier les caractéristiques susceptibles de rendre les individus plus vulnérables face au virus, ainsi que les facteurs de risque pouvant intensifier la progression et la gravité de la maladie. Ce qui a donné lieu à de nombreuses théories et rapports sur l’association entre cette dernière et le groupe sanguin, qui ont souvent suscité davantage de questions que de réponses.

Récemment publiée dans la revue Annals of Hematology, cette nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université d’Harvard suggère que les personnes du groupe sanguin B+ ou AB+ (rhésus positif), possédant une molécule appelée antigène D sur leurs globules rouges, sont plus susceptibles de contracter le Covid-19 que celles du groupe O, mais démonte l’idée que certains groupes sanguins puissent influer sur la gravité de la maladie.

« Cette étude multi-institutionnelle montre qu’il n’y a aucune raison de croire que le fait d’être d’un certain groupe sanguin ABO entraînera une augmentation de la gravité de la maladie, que nous avons définie comme nécessitant une intubation ou entraînant la mort », a déclaré Anahita Dua, auteure principale de l’étude. « Ces preuves réfutent les conclusions de précédents rapports faisant état d’une association possible entre le groupe sanguin A et un risque plus élevé d’infection grave par le Covid-19 et par conséquent de mortalité. »

— Photocarioca / Shutterstock.com

Des marqueurs relatifs à l’inflammation similaires quel que soit le groupe

S’appuyant sur une vaste base de données, ces nouveaux travaux ont porté sur 1 289 sujets adultes symptomatiques testés positifs au Covid-19 ayant été examinés entre le 6 mars et le 16 avril 2020 dans différents établissements hospitaliers de la région de Boston. Quatre critères de gravité de la maladie ont été pris en compte par les chercheurs : ses marqueurs biologiques (molécules sanguines caractéristiques d’une inflammation), ainsi que les hospitalisations, les intubations et les décès. Et l’analyse statistique n’a révélé aucun lien significatif entre le groupe sanguin et l’aggravation des symptômes.

« L’inflammation est une découverte particulièrement importante car la pensée scientifique dominante veut que le Covid-19 provoque des ravages dans l’organisme par l’inflammation systémique, ce qui peut entraîner la morbidité et la mort », souligne Dua. « Nous avons cependant constaté que les marqueurs relatifs à l’inflammation restaient similaires chez les patients infectés, quel que soit leur groupe sanguin. »

Si l’équipe a dans le même temps constaté que les personnes des groupes sanguins B+ et AB+ étaient plus susceptibles d’être testées positives au Covid-19 par rapport à celles du groupe O, elle estime toutefois que ces résultats « doivent encore être approfondis afin de déterminer s’il existe un élément inhérent à ces groupes sanguins, capable de potentiellement conférer une protection ou induire un risque chez les individus ».

Pour l’heure, les chercheurs sont cependant convaincus que leur principale conclusion, à savoir que le groupe sanguin ne peut pas être utilisé pour prédire la gravité de la maladie, contribuera à démystifier certaines rumeurs cliniquement infondées, pouvant facilement prendre de l’ampleur en période de pandémie.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de