— Ekkasit A Siam / Shutterstock.com

Actuellement, la majorité des gouvernements ont pris des mesures pour lutter contre la propagation de la nouvelle pandémie, le Covid-19, également connu sous le sigle SARS-CoV-2. Si des mesures de confinement ont été décrétées dans plusieurs pays, les scientifiques sont à pied d’œuvre pour tenter de connaître la dynamique du virus pour réduire sa propagation et, idéalement, concevoir un traitement pour l’éradiquer.

Le risque de contamination varierait selon le groupe sanguin

D’après TrustMyScience, les chercheurs chinois ont dévoilé de nouvelles informations concernant le coronavirus et, plus précisément, l’existence d’un lien potentiel entre le groupe sanguin des personnes et leur risque de contamination.

L’étude a été menée par une équipe d’immunologistes chinois et s’est concentrée sur 2.173 patients atteints du coronavirus dans trois hôpitaux situés à Wuhan et Shenzhen. Dans un premier temps, les chercheurs ont relevé les différents groupes sanguins auxquels appartenait la population dans chaque zone, puis dans un second temps, ils ont comparé ces informations au pourcentage de patients atteints du virus dans chacune de ces zones.  

Les résultats ont révélé que les patients – et leur groupe sanguin – n’étaient pas égaux face au risque d’infection. En effet, selon l’étude, la population normale de Wuhan comprenait 31 % de personnes ayant un groupe sanguin de type A, 24 % de type B, 9 % avaient un groupe sanguin de type AB tandis que 34 % étaient de groupe sanguin de type O.

Du côté des porteurs du virus, 38 % avaient un groupe sanguin de type A, 26 % de type B, 10 % de type AB et 25 % de type O.

Qu’est-ce que cela suggère ?

Selon les chercheurs, « les méta-analyses sur les données regroupées ont montré que le groupe sanguin A avait un risque significativement plus élevé de contracté le Covid-19 par rapport aux autres groupes sanguins. Alors que le groupe sanguin O présentait un risque significativement plus faible de maladie infectieuse par rapport aux autres groupes sanguins. »

Les scientifiques suggèrent également que ces résultats pourraient être expliqués par le fait que les groupes sanguins de type B et de type O possèdent des anticorps anti-A. Toutefois, gardons à l’esprit que ces résultats n’ont pas encore fait l’objet d’une procédure d’évaluation par la communauté scientifique. En d’autres termes, ils sont à prendre avec précaution, d’autant plus que, pour le moment, nous ne disposons encore que de peu de données concernant le coronavirus.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de