À cause de votre groupe sanguin, vous aurez peut-être la diarrhée lorsque vous voyagerez

Mauvaise nouvelle pour les individus de groupe sanguin A. Si vous appartenez à ce groupe, la bactérie Escherichia coli aura plus de chance de vous infecter selon une récente étude américaine.

 

LE GROUPE A PLUS TOUCHÉ QUE LES GROUPES B ET O

Selon des chercheurs américains qui ont publié leurs travaux dans la revue The journal of Clinicat Investigation, la bactérie qui provoque des diarrhée sévère aurait plus de chance de se retrouver chez des personnes de groupe sanguin A. Les chercheurs avaient déjà des doutes sur le fait que le groupe sanguin joue un rôle dans la gravité de l’infection mais leurs doutes ont été confirmés après avoir mené une expérience.

L’équipe de chercheurs a administré à 106 volontaires sains, de l’eau avec une souche d’Escherichia coli issue d’une personne gravement atteinte de diarrhée sévère au Bengladesh. Le résultat ne s’est pas fait attendre, après cinq jours, 81% des personnes de groupes sanguins A ou AB ont été atteints de diarrhées modérées à sévères. Parmi les personnes de groupes sanguins O et B, les symptômes de la contamination par la bactérie ne se sont pas manifestés chez la moitié d’entre eux.

UNE PROTÉINE DE E.COLI ATTIRÉE PAR LES CELLULES SANGUINES DE TYPE A 

En cause, une protéine que secrète E. Coli, appelée EtpA qui se fixe sur les molécules de sucres (glycanes), beaucoup plus présentes à la surface des cellules sanguines de type A, mais également plus présentes sur leurs parois intestinales. Ceci explique la facilité de la bactérie à s’accrocher et à contaminer l’organisme.
Les maladies diarrhéiques graves ont donc bien plus de chance de se développer chez les personnes de groupe A qui nécessitent alors un traitement antibiotique plus précoce que les autres.

Pour protéger ces individus les plus à risque, les chercheurs comptent trouver un vaccin ciblant la protéine bactérienne d’E.Coli. Ce vaccin servira à protéger les touristes mais aussi et surtout les enfants des pays en développement où la malnutrition et les retards de croissance aggravent les risques d’infection.


Dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre

— Marie Curie