À l’époque de la Grèce antique, des savants affirmaient déjà que la Terre était ronde, sans aucun accès à la technologie. Comment ont-ils fait ?

Pythagore et Aristote pensaient déjà que la Terre était ronde

Pythagore et Aristote sont des noms qui nous sont familiers. L’un est considéré comme un spécialiste des mathématiques, l’autre comme un philosophe qui a beaucoup apporté à cette discipline. Toutefois, leur savoir dépassait les sphères de la philosophie et des mathématiques. En effet, tous deux s’étaient intéressés à la forme de la planète Terre.

Pythagore était le premier à émettre une hypothèse sur le sujet : en 500 avant J.-C., il pensait que la Terre avait une forme sphérique. Pourquoi ? Eh bien, il se trouve que le mathématicien ne s’est basé sur aucun fait précis. Il trouvait juste que la sphère était la plus parfaite des formes.

Pour sa part, Aristote était le premier philosophe grec à vouloir prouver que la Terre était ronde. Il a même écrit un livre intitulé « On the Heavens », en l’an 350 avant J.-C., dans lequel il exposait plusieurs éléments de preuve attestant que la Terre était ronde. Il déclara notamment que lors d’une éclipse lunaire, on pouvait voir l’ombre de la Terre sur la Lune. Or, cette ombre était toujours ronde peu importe l’orientation de la Terre.

Le philosophe ajouta que les étoiles étaient à des points différents en fonction de l’endroit d’où on les observait. Par exemple, si on voyait des étoiles en Egypte, on n’en voyait pas à Chypre alors que ces deux lieux ne sont séparés que par 1.000 kilomètres. Selon Aristote, cela prouve bien que non seulement la forme de la Terre est ronde mais qu’en plus, c’est une sphère de petite taille puisque dans le cas contraire, la distance entre les lieux ne serait pas aussi apparente quand on observe les étoiles.

Aristote présenta des arguments pour prouver que la Terre est ronde

Eratosthène ira jusqu’à mettre un chiffre sur la circonférence de la Terre

Eratosthène de Cyrène est un astronome, géographe, philosophe et mathématicien grec qui a vécu au troisième siècle avant J.-C. Ce savant avait un objectif : cartographier le monde entier. Cela ne pouvait se faire sans connaître la taille de la Terre.

A l’époque, Eratosthène entendit parler de l’existence d’un puits particulier dans la ville de Syène. Au solstice d’été, et à midi, la lumière du soleil éclairait tout le fond du puits sans le moindre point d’ombre. Partant de ce fait, Eratosthène eut alors l’idée de vérifier si c’était aussi le cas à Alexandrie. Il plaça un bâton debout sur le sol à midi en plein solstice d’été et remarqua que le bâton présentait une ombre, d’un angle de 7,2 degrés.

En se basant sur ce premier chiffre, Eratosthène décida d’engager ce que l’on appelle des « bematists », des marcheurs professionnels pouvant a priori mesurer des distances avec précision avec leurs pas, pour mesurer la distance entre la ville de Syène et celle d’Alexandrie. Il apparut que la distance entre les deux lieux était d’environ 5.000 stades, l’unité de mesure de l’époque (entre 800 et 900 kilomètres). Fort de ces chiffres, Eratosthène commença alors à effectuer des calculs et, au bout de ceux-ci, il établit que la circonférence de la Terre était aux environs de 40.000 kilomètres.

Eratosthène tomba à quelques kilomètres près de la circonférence exacte de la Terre © Wikipédia /CC BY-SA 4.0

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de