Google anticipe l’E3 avec cette conférence sur Stadia, son service de cloud gaming. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que de nombreuses annonces ont été faites. Le Daily Geek Show fait le point pour vous !

L’accessibilité pour tous aux jeux vidéo : l’argument phare de Stadia

Stadia Connect, une sorte d’équivalent au format Nintendo Direct chez Google, s’ouvre avec un rappel sur ce qu’est Stadia. Google revendique le fait de vouloir rendre le jeu vidéo accessible à tout le monde et sur tous les supports, à l’instar de ce qu’ils font déjà avec la connaissance via leur moteur de recherche. Stadia permettra de jouer sans besoin de télécharger ou d’installer quoi que ce soit, sans console ou PC puissant. Et ce, sur PC portable ou fixe, écran de télévision ou smartphone (d’abord sur le Pixel 3, plus tard sur les autres smartphones).

La praticité de Stadia, selon les dires de Google, est clairement supérieure à tout ce qui est proposé actuellement sur le marché du jeu vidéo. Mais Google sait bien que les jeux disponibles seront le véritable argument capable de convaincre (ou de désintéresser) les fans de jeux vidéo.

De nombreux jeux, dont 3 exclusifs, en 720p minimum

Google annonce travailler avec les plus grands éditeurs sur le marché : Ubisoft, Square Enix, 2K, Bethesda et tant d’autres. Cela présage du bon pour la suite. Stadia, en plus de disposer d’un catalogue de jeux qui sera comparable à celui d’une console, proposera 3 jeux en exclusivité : Baldur’s Gate III, qui signe le retour d’une licence phare du studio + Ghost Recon Breakpoint, Gylt (jeu d’horreur où on incarne une petite fille fuyant des créatures terrifiantes) et Get Packed, un Overcooked like mais centré sur le déménagement.

Google revient à la fin de l’annonce sur des noms de jeux disponibles sur Stadia, une liste qui défile sur notre écran : AC Odyssey, Mortal Kombat, Final Fantasy XV, Doom Eternal, Wolfenstein : Youngblood, Just Dance et bien d’autres encore.

Les tarifs sont enfin dévoilés

On découvre enfin le prix de l’abonnement pour profiter du service Stadia : 9,99 $ par mois. Le prix paraît intéressant, mais difficile de se prononcer avec certitude tant que le service ne sera pas mis en ligne.

Une formule en précommande est également annoncée : Stadia Founder’s Edition. Elle permet de bénéficier d’un chromecast, d’une manette bleu nuit disponible en édition limitée, de 3 mois de Stadia Pro pour vous et 3 mois à offrir à quelqu’un ainsi qu’une réservation de son pseudo. Il est également possible pour 69 $ supplémentaires d’acheter une seconde manette noire, blanche ou couleur wasabi. Les tarifs adaptés en fonction des 14 pays de lancement de Stadia sont récapitulés dans ce tableau :

TerritoireFounder’s EditionStadia Pro (par mois)Manette Stadia
Allemagne129 €9,99 €69 €
Belgique129 €9,99 €69 €
Canada169 $11,99 $89 $
Danemark999 DKK69 DKK549 DKK
Espagne129 €9,99 €69 €
Etats-Unis
129 $9,99 $69 $
Finlande129 €9,99 €69 €
France129 €9,99 €69 €
Irlande119 €9,99 €69 €
Italie129 €9,99 €69 €
Norvège1299 NOK99 NOK699 NOK
Pays-Bas129 €9,99 €69 €
Royaume-Uni119 £8,99 £59 £
Suède1399 SEK99 SEK749 SEK

Google annonce également qu’il sera possible d’acheter le jeu que l’on souhaite via Stadia Base, une base de jeux qui ne nécessite pas de souscrire d’abonnement.

Des questions subsistent après cette annonce

Si ce premier Stadia Connect apporte certains éclaircissements concernant l’offre et son contenu, de nombreuses questions persistent. La première est le prix des jeux proposés hors abonnement, notamment via Stadia Base. Google pourrait se permettre dans un premier temps de les proposer à prix cassés afin d’attirer un maximum de clients sur son service. Mais sera-t-il si avantageux par rapport au prix d’un jeu sur console, Steam ou Epic ?

La question de la sauvegarde inquiète certains joueurs. Supposons que Google rompe un contrat avec un éditeur partenaire quelques mois ou années après le lancement de Stadia. Que devient notre sauvegarde ? Le jeu ne sera-t-il plus disponible ? C’est une vraie question qui découle directement du cloud gaming, sur lequel il y a débat.

Enfin, des aspects plus techniques peuvent laisser perplexe. La manette Stadia ne semble pas aussi ergonomique que ce que peut proposer Microsoft avec ses manettes Xbox par exemple. De plus, malgré les promesses de pouvoir jouer pleinement sur tous les supports, rien ne garantit que le service (notamment sur tablette ou smartphone) sera véritablement de qualité.

En tout cas, il est certain que Stadia continue d’attiser notre curiosité jusqu’à sa date de sortie, prévue pour novembre.

Que pensez-vous de ce Stadia Connect ?

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de