Peut-être possédez-vous une enceinte connectée utilisant Google Assistant. Sachez que vos conversations peuvent être écoutées par le géant américain. Il a publiquement affirmé que certains enregistrements effectués sont récupérés et même traduits. Explications.

Google Assistant, un système complexe

Pour rappel, c’est un système d’aide qui intervient dans les enceintes connectées du géant américain. Celui-ci va enregistrer des conversations, qui seront ensuite, entre autres, transmises à des employés d’un sous-traitant qui pourra ensuite écouter les utilisateurs. Cependant, la question éthique pose problème et suscite le débat en Europe.

C’est le média belge VRT qui a lancé l’information. Par une source, les journalistes ont pu avoir accès à un millier de fichiers audio en provenance de France, de Belgique francophone et des Pays-Bas. Ceux-ci ont été enregistrés au sein même du domicile de ces clients, qui utilisaient une enceinte connectée de ce type. Évidemment, ils n’avaient pas donné leur accord en amont.

Ce n’est pas la première fois que ce type de scandale éclate pour les enceintes connectées. On peut notamment citer Amazon avec son intelligence artificielle Alexa qui a été récemment accusé, également, de « non-respect de la vie privée ». C’est également le cas ici, avec Google. Comme le rapporte le média Wired, si plusieurs sociétés écoutent des discussions privées et les traduisent, cela viole la loi sur la protection des données européennes.

Mieux servir les intérêts des clients ?

Ce n’est pas un secret qu’en prononçant les mots « Ok Google », le microphone s’active. C’est par cette commande vocale que vous pouvez ensuite communiquer avec votre enceinte connectée, afin qu’elle réalise vos demandes. En revanche, sur la page d’aide officielle de la firme américaine, il était explicitement écrit que cette commande déclenche un enregistrement. C’est celui-ci qui pose problème car il sera communiqué, puis analysé.

Officiellement, cela sert à améliorer l’efficacité de Google Assistant. Pour les enregistrements qui ont été récoltés, on peut s’étonner du fait qu’une grande partie sont des scènes de vie quotidienne, parfois totalement anodines. Presque enregistrées par accident. Comme le rapporte le site branchez-vous, « l’une des personnes ayant écouté les extraits a déclaré à VRT NWS : ‘J’ai entendu une femme qui semblait être en danger suite à ce qui s’apparentait, selon moi, à des violences physiques.' »

Depuis, Google s’est officiellement exprimé pour répondre à cette polémique. Comme dit précédemment, le but recherché est d’améliorer la précision et la reconnaissance des différentes langues. C’est notamment le cas pour certaines paroles qui ne sont pas décryptées avec précision, et qui nécessitent alors de récupérer l’enregistrement sous une forme audio afin de le réécouter et d’arriver à faire une transcription écrite.

Google a également affirmé que l’identité des utilisateurs concernés dans les enregistrements vocaux transmis était évidemment remplacée par des chiffres, leur identité étant totalement masquée. Enfin, il y aurait, au final, « seulement » 0,2 % de l’ensemble des enregistrements faits par Google Assistant qui seraient écoutés.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de