Retracez les événements historiques qui ont inspiré Game of Thrones

Retracez les événements historiques qui ont inspiré Game of Thrones

D’après les dires de son auteur, George R. R. Martin, Game of Thrones – série et livres – est une oeuvre qui entremêle réalité et fiction. Vous ne verrez jamais de dragons au-dessus de chez vous, ni de cadavres revenir du royaume des morts, mais si vous ouvrez quelques livres d’Histoire, vous pouvez vous rendre compte que beaucoup d’événements de l’oeuvre sont des calques de ce qui a pu se passer dans l’Angleterre médiévale. Le DGS vous propose une entrée en matière sur le sujet. Gardez également à l’esprit que cet article peut contenir des informations sur ce qu’il se passe jusqu’à la cinquième saison et le cinquième livre.

 

LA GUERRE DES DEUX-ROSES / LA GUERRE DES CINQ ROIS 

L’ÉVÈNEMENT MAJEUR AYANT INSPIRÉ LA SÉRIE

L’événement majeur ayant inspiré la série. Alors, qu’est-ce que cette guerre, qui oppose-t-elle et qu’est-ce que cela veut dire pour la série ? On va vous résumer la chose et pendant votre lecture, essayez déjà de deviner ce que chaque élément est devenu dans Game of Thrones. Sous ce nom romanesque de guerre des Deux-Roses, on découvre une réalité très sombre. On pourrait presque parler de plusieurs guerres puisque c’est en réalité une série de guerres civiles qui touchent l’Angleterre dans la seconde moitié du XVe siècle. Il va falloir retenir les noms de deux grandes maisons : Lancastre et York. Tous deux ont pour blason une rose, rouge pour les Lancastre, blanche pour les York. Tiens, tiens, deux grandes familles avec des blasons rouges et blancs qui vont devenir ennemis..

Henri VI et Richard d’York

Ces guerres civiles sont le résultat d’un conflit de succession entre ces deux maisons descendantes de la dynastie des Plantagenêt à travers Édouard III. À la mort de ce dernier, son petit-fils Richard II monte sur le trône à l’âge de dix ans. Entouré de conseillers, il s’efforce de mettre fin à la guerre de Cent Ans, mais ne parvient pas à régler les nombreux conflits politiques de son territoire. Il sera destitué en 1399 par son cousin Henri de la maison Lancastre qui deviendra Henri IV. Deux générations plus tard, Henri VI devient roi à moins d’un an. Descendant par sa mère de Charles VI le Fou (roi de France), Henri semble souffrir de la même folie.

Son cousin, Richard et duc d’York se renomme Richard Plantagenêt pour se légitimiser et devient Lord Protecteur en 1454 afin de guider Henri VI (de la maison Lancastre, donc) dans son règne. Il gagne de plus en plus de pouvoir et se montre plus compétent que le roi. Tellement que ce dernier l’écarte de son pouvoir et le renvoie chez lui suite à la naissance de son hériter, Edward de Westminster. Richard (York) réunit son armée et tente de s’emparer du trône. S’ensuivent alors des conflits, puis, après moult batailles, une paix se profile pendant quatre ans. En 1459, le conflit reprend et un an plus tard, Richard remporte la victoire à Northampton et capture le roi Henri VI. Richard devient son hériter et Henri VI sera emprisonné dans la Tour de Londres quelques années après.

Le loup des Stark et le lion des Lannister

Tout est fini ? Les York ont gagné ? Pas tout à fait. La femme de Henri VI, Marguerite d’Anjou, refuse cette succession et poursuit la guerre. Marguerite d’Anjou est une pièce maitresse de cette guerre. Elle avait déjà auparavant été jusqu’en Écosse pour marier l’un de ses fils à la princesse du pays et avait gagné le soutien de l’armée écossaise pour le compte de son mari. Depuis, le conflit implique les Tudor alliés aux Lancastre et les Gallois rattachés à York. Richard d’York menant ses troupes lors de ces nombreuses batailles, s’expose à beaucoup de dangers et finit par tomber au combat à la bataille de Wakefield. Sa tête et celle de l’un de ses fils seront plantées sur des piques aux portes de la ville de York sur ordre de Marguerite d’Anjou. Elle revient d’Écosse avec son armée et pille les villages pour la faire survivre jusqu’à son objectif : Londres.

Cette réputation de pilleurs servira de propagande anti-Lancastre et lorsque Édouard IV (côté York), autre fils de Richard, prend le dessus sur Marguerite, il est accueilli en sauveur et fait roi d’Angleterre. Il règne jusqu’en 1483 lorsque son fils lui succède. Édouard V est cependant rapidement déposé par son oncle qui devient Richard III, roi que vous connaissez des écrits de William Shakespeare. Cela ne durera pas puisqu’il sera exécuté pour usurpation du trône par Henri Tudor, descendant des Lancastre. Il épouse Élisabeth d’York et devient roi sous le nom de Henri VII, réconciliant les deux maisons sous la même bannière. Le blason de la maison Tudor devient une rose rouge à l’extérieur et blanche à l’intérieur et le roi ramène la paix dans le royaume pendant plus de cent ans.

LANCASTRE = LANNISTER ET YORK = STARK

Si vous ne l’avez pas encore compris, Lancastre = Lannister et York = Stark. Les noms eux-mêmes et la façon dont l’histoire se tourne et se retourne contre l’un puis l’autre ne laissent pas de place au doute. De même, la folie qui gagna peu à peu Henri VI et s’exacerba suite à son emprisonnement rappelle celle des Targaryen et plus particulièrement le cas de Aerys II, le roi fou tué par Jaime Lannister. Tout comme Henri VI, Aerys II sombra définitivement dans la folie suite à son enlèvement, vingt ans avant le début de la série. Le rôle du Lord Protecteur que remplit Richard d’York avant d’assoir son pouvoir offre également un parallèle avec Tywin Lannister en tant que Main du Roi.

La tête de Ned Stark

De personnage historique à personnage fictif, on découvre aussi Marguerite d’Anjou à Cersei Lannister. Ces deux femmes poursuivent leur chasse du pouvoir à tout prix en voulant exercer la fonction du roi à la place de leurs fils et n’hésitant pas à écarter les conseillers de ce dernier pour ce faire. Cersei possède également des traits d’Elisabeth Woodville. Édouard IV, qui part venger son père décapité est la version historique de Robb Stark, ralliant les maisons du nord pour venger Eddard Stark à la suite de son exécution (les deux finissent d’ailleurs avec leurs têtes sur des piques).

Tywin Lannister

Il y a encore des tonnes de parallèles à dresser entre l’Histoire et l’oeuvre, que vous pouvez découvrir dans des livres d’Histoire générale sur la guerre des Deux-Roses ou dans des livres plus spécialisés comme ceux de l’écrivain Thomas B. Costain (source d’inspiration principale pour Martin). Vous y découvrirez que Tywin Lannister ressemble très fortement à Warwick, le « faiseur de rois », les deux mariant leurs filles à un usurpateur après s’être distancés du précédent roi. La rivalité entre les frères Baratheon, Stannis et Renly sont inspirés de la séparation des forces de York entre Édouard et George. Stannis, comme Richard, dénonce l’inceste résultant en enfants illégitimes. Margaery Tyrell se rapproche de Anne Neville dont le premier mariage ne fut jamais consommé, l’obligeant donc à se remarier pour avancer politiquement. Jaime Lannister, comme Götz von Berlichingen, se retrouve avec une main en acier, etc.

L’histoire de la guerre des Deux-Roses est complexe et nécessite de pouvoir repérer des dizaines et des dizaines de personnages historiques. Mais comme vous avez pu le voir, même avec un survol de cette histoire, on peut déjà dresser plusieurs portraits ressemblant comme deux gouttes d’eau à leurs doubles fictifs. La plupart d’entre eux ne sont cependant pas de simples calques, mais plutôt des mosaïques de plusieurs personnages historiques. Tywin Lannister est un tiers Richard, un tiers Warwick et un tiers fictif. Non seulement, les personnages de Martin s’inspirent de vraies personnes, mais ce dernier les mélange pour créer des personnages intéressants et riches d’ambiguïté.

 

LE MUR D’HADRIEN / LE MUR DE WESTEROS

Le mur d’Hadrien fut construit à partir de 122 par les Romains afin de couper l’Angleterre en deux et protéger le côté sud des attaques écossaises. C’était une frontière de pierre délimitant l’Empire romain. Une fortification défensive, mais aussi logistique qui servait de poste de contrôle pour la taxation des produits importés. Le mur, bien qu’en majeure partie démoli, existe toujours (c’est même le site le plus visité du nord de l’Angleterre).

Loin d’être aussi imposant que le Mur de Game of Thrones, le mur d’Hadrien était tout de même une construction titanesque de plus de 4 mètres de haut sur presque 3 de largeur et parcourant quasiment 120 kilomètres. Une construction monumentale à la hauteur de l’Empire qui contrôlait à cette époque un territoire s’étendant de la Mésopotamie au Portugal, de l’Égypte à Byzance et d’Afrique du Nord à ce fameux mur. Pour un soldat gardant ce mur, c’était la fin du monde tel qu’il le connaissait.

Le mur d’Hadrien

George R. R. Martin raconte que l’idée du Mur de Westeros lui est venue lors de sa visite du mur d’Hadrien : « J’essayais de m’imaginer à la place d’un légionnaire romain en garnison, quelqu’un qui pouvait venir d’Italie. Tu es là, sur ce qui est censé être le bord du monde, et tu vois des collines et des forêts au-delà. Quel ennemi peut sortir de ces bois ? Qu’est-ce qui va surgir de derrière ce mur pour t’attaquer ? Ce fut un moment très profond qui éveilla quelque chose dans mon imagination. » On remplace légèrement les mesures pour en faire une muraille de glace de plus de 200 mètres de haut et on enlève les Écossais pour y mettre des sauvageons et des marcheurs blancs revenus d’entre les morts. La deuxième version est plus effrayante, mais la prochaine fois que vous verrez Jon Snow du haut de son mur, dites-vous bien que les soldats romains de l’époque devaient ressentir cette même crainte de l’inconnu.

 

BLACK DINNER ET LE MASSACRE DE GLENCOE / NOCES POURPRES

(Attention, cette partie contient des spoilers sur les événements du troisième livre et de la saison trois).

À partir du moment où Martin savait qu’il écrirait au minimum trois livres, il savait que le troisième se clôturerait par cet événement. Dans la série, il s’agit du neuvième épisode de la troisième saison, qui reste encore l’un des épisodes les plus choquants de la télévision. Ce n’est pas la scène la plus gore de la télévision ni la plus violente, mais c’est celle qui vous retournera les tripes comme rarement si vous n’êtes pas au courant de ce qui arrive.

Le château d’Edimbourg

Les noces pourpres (ou red wedding) sont donc inspirées de ces deux événements. Vous allez vite comprendre le parallèle avec le dîner noir. Après la mort du roi d’Écosse, Lord William Crichton devient gardien d’Edimbourg, maître de la maison royale et chancelier d’Écosse alors que James II, nouveau roi, est encore enfant. La main mise sur le pouvoir est disputée entre Crichton et Alexander Livingston qui, tous deux, veulent s’emparer de la maison Douglas. Cette dernière est maintenant régie par Archibald Douglas en attendant que le jeune roi soit assez âgé pour gouverner. En 1440, Crichton décide de calmer les tensions et envoie des invitations aux jeunes fils d’Archibald Douglas (tous deux encore adolescents, même si ce concept n’existait pas à l’époque) pour venir manger en compagnie du jeune roi James II au château d’Édimbourg.

Une fois à table, une tête de taureau noir est apportée, symbole de mort. À sa vue, les frères savaient ce que cela impliquait. Après le repas, les membres du clan Douglas furent emmenés dehors alors que des tambours commencèrent à retentir. Ils furent accusés de trahison, massacrés et décapités, leurs cris perdus dans la musique. Avec du recul, beaucoup pensent que le réel responsable est Alexander Livingston et que Crichton n’était que l’exécuteur du plan, comme Walder Frey l’est pour Tywin Lannister dans Game of Thrones.

L’HISTOIRE RÉELLE EST ENCORE BIEN PLUS SOMBRE

Le deuxième événement ayant inspiré les noces pourpres s’appelle le massacre de Glencoe. Toujours en Écosse, mais cette fois en 1692. Encore une rivalité, mais cette fois entre deux clans. Les MacDonald et les Campbell, deux grands clans d’Écosse se querellant pour leur soutien à la couronne. Fin janvier 1692, plus de 120 hommes du clan Campbell dirigé par Robert Campbell arrivent à Glencoe et demandent refuge aux MacDonald pour se protéger d’un blizzard. Les MacDonald finissent par offrir l’hospitalité et les soldats Campbell sont restés avec eux pendant près de deux semaines, fraternisant avec le clan ennemi.

Le mémorial du massacre de Glencoe

Tout comme dans Game of Thrones, La loi de l’hospitalité était quelque chose de sacré au Moyen Âge et il était très mal vu de refuser d’aider son prochain dans ce genre de situation, quelle que soit sa provenance. Après une bonne soirée, le capitaine Drummond du clan Campbell arriva et ordonna l’exécution de tous les hommes du clan MacDonald. La nuit tombée et les hommes endormis, les Campbell prirent les armes et massacrèrent autant d’hommes MacDonald que possible. Ceux qui se sont enfuis sont morts dans la tempête glaciale qui perturbait alors la région. Jusqu’à ce jour, le nom de Campbell est considéré comme maudit par certains Écossais et l’auberge de Glencoe interdit toujours l’entrée à quiconque portant le nom de Campbell.

Si vous avez lu le troisième livre ou vu la troisième saison, vous avez déjà compris depuis longtemps que ce sont ces événements qui ont inspiré George R. R. Martin à faire massacrer Robb Stark et sa femme, Catelyn Stark et la plupart de ses hommes qui étaient venus profiter du festin offert sous la loi de l’hospitalité par Walder Frey. Beaucoup ont été choqués de voir le résultat de cette inspiration, mais l’histoire réelle est encore bien plus sombre.

 

LA RÉSISTANCE DU PAYS DE GALLES / LA RÉSISTANCE DE DORNE 

Dorne est le seul royaume à avoir résisté à la conquête de Aegon. Mais comment ont-ils pu résister à un royaume contre six ? Bonne question, surtout quand l’ennemi à des dragons. Pendant des siècles, des rois anglais ont tenté d’assouvir les Gallois et de rattacher le Pays de Galles à la couronne anglaise, mais les efforts ont plus ou moins toujours été vains. Les Gallois ont pu résister pendant des siècles, non pas par une force militaire organisée comme cela se faisait à l’époque, mais en s’adaptant au terrain et en lançant des excursions de petite ampleur contre l’ennemi.

DORNE EST DEVENU EXPERT DE LA MÊME FAÇON QUE LES GALLOIS

Les Gallois sont devenus les premiers experts de la guérilla et de la guerre de harcèlement, préférant saboter le matériel et les opérations de l’ennemi pour l’affaiblir, plutôt que de tout donner dans une grosse bataille. C’est exactement la même tactique qui fait qu’après presque quinze ans, les Américains ne contrôlent toujours pas l’Afghanistan. Dorne est devenu expert de la même façon que les Gallois, à force de nombreuses opérations sapant le moral de l’ennemi et empêchant sa progression. Rhaenys, frère d’Aegon chargé de la conquête de Dorne, finit par abandonner.

Il va falloir 200 ans à la couronne pour que Dorne soit rattaché pacifiquement aux sept royaumes de Westeros. La force de Dorne est sa patience. C’est ce que tente de promouvoir le prince Doran lorsque les filles d’Oberyn Martell demandent une vengeance immédiate pour sa mort. Dorne patiente et frappe au moment opportun, mais quoi qu’il arrive, ils ne capitulent jamais. C’est de cette résistance à la conquête d’Aegon que vient leur devise : « Insoumis, invaincu, intact » (Unbowed, Unbent, Unbroken).

 

SECOND SIÈGE ARABE DE CONSTANTINOPLE / BATAILLE DE BLACKWATER BAY

L’incroyable bataille de la fin de la saison 2 où Stannis assiège King’s Landing ! Malheureusement pour lui, Tyrion attaque sa flotte grâce au feu grégeois (ou wildfire) qui s’embrase spontanément, même au contact de l’eau, et détruit ses navires. Substance extrêmement puissante, mais difficile à produire. Cette même tactique fut utilisée lors du second siège arabe de Constantinople en 717-718. La flotte arabe qui gère le blocus est pulvérisée par la marine byzantine grâce au feu grégeois, libérant l’accès à la mer et permettant à la ville d’en finir avec la famine.

L’utilisation d’une gigantesque chaine par Tyrion vient également de ce moment de l’Histoire. À l’époque, elle servait également à fermer le passage qui menait à la ville depuis la mer. La chaîne fut érigée par l’empereur byzantin Léon III et était attachée à des tonneaux flottants à travers tout l’estuaire. Elle était fixée d’un côté à la tour d’Eugène et de l’autre à une large tour de Galata. Comme tout bon stratège, Tyrion est allé piocher dans les livres d’Histoire !

 

ZOROASTRISME / RELIGION DE R’HLLOR

LE CONCEPT DE LA PENSÉE DE MÉLISANDRE N’EST PAS ÉLOIGNÉ DU ZOROASTRISME

Le monde de Game of Thrones, tout comme le nôtre, est riche de différentes religions et mythologies qui donnent un chemin à ceux qui n’en ont pas. Dans la série, Mélisandre la prêtresse rouge d’Asshaï prie le dieu de la lumière, R’hllor qui n’a qu’un seul adversaire, l’entité du mal qu’on nomme « l’Autre ». Le concept de base de cette pensée n’est pas très éloigné du zoroastrisme (qui a posé les bases du monothéisme avant le judaïsme, le christianisme et l’islam) où le feu est le principal symbole divin.

Les deux religions partagent un dieu unique en lutte éternelle avec son opposé. Dans la vraie religion, ce dieu s’appelle Ahura Mazdâ et se manifeste par le feu. Les serviteurs de la foi du zoroastrisme étudiaient également les flammes en tant que source de sagesse et d’éveil spirituel.

 

CLÉOPÂTRE VII / DAENERYS TARGARYEN

Cléopâtre VII, représentante de la fin de la famille des Ptolémées. Cette famille qui venait de Macédoine, mais qui par la suite réussit à diriger l’Égypte pendant trois cents ans, a aussi pour tradition de se marier entre eux et de garder le pouvoir dans la famille. Après la mort de son père, elle tente de trouver des alliés et se lie avec Jules César de qui elle aura un fils. Après la mort de César, elle se retrouve livrée à elle-même alors que son règne est en danger. Par tout ce que l’on sait d’elle, elle était intelligente, sans pitié et n’hésitait pas à utiliser de ses charmes pour manipuler son entourage.

COMME CLÉOPÂTRE, DAENERYS EST INTELLIGENTE, SANS PITIÉ ET SAIT FAIRE JOUER SA BEAUTÉ EN SA FAVEUR

Vous l’avez compris, Cléopâtre est la source d’inspiration principale de Daenerys Targaryen. Comme Cléopâtre, elle est l’une des dernières survivantes de sa dynastie. Une dynastie qui vient d’un pays étranger à Westeros, mais qui gouvernera quand même le continent pendant trois cents ans. Après la mort de son père, elle fut envoyée à Essos à la recherche d’alliés. Après son mariage à Khal Drogo, le grand chef Dothraki, elle tombe enceinte. Malheureusement, Drogo meurt et elle se retrouve livrée à elle-même. Tout comme Cléopâtre, Daenerys est intelligente pour son âge, sans pitié et sait faire jouer sa beauté en sa faveur.

 

GEORGES PLANTAGENÊT / THEON GREYJOY

Georges Plantagenêt était le frère d’Édouard IV (maison York, comme vu plus haut). Lorsque la guerre des Deux-Roses éclate, il suit son frère, mais finit par le trahir et rejoindre les Lancastre. Une fois la guerre finie, Georges fut exécuté pour trahison.

Georges Plantagenêt

Theon Greyjoy commence la série en tant qu’otage d’Eddard Stark suite à la rébellion du père de Theon, Balon Greyjoy. Il passe la majeure partie de sa vie à Winterfell et devient très proche de Robb qu’il considère comme son frère. Lorsque la Guerre des Cinq Rois commence, Theon devient l’un des conseillers les plus proches de Robb. Ce dernier l’envoie vers son père pour convaincre celui-ci de l’aider à combattre pour le compte de Robb. Comme Georges, Theon trahit son « frère » en changeant de camp. Il ne sera pas exécuté pour trahison, mais il aurait sans doute préféré…

 

EDOUARD DE WESTMINSTER / JOFFREY BARATHEON

Édouard de Westminster, fils de Henri VI et de Marguerite d’Anjou (qui a inspiré Cersei Lannister) fut souvent le sujet d’une rumeur comme quoi il serait un fils illégitime. Il arriva exactement au moment où la reine avait désespérément besoin d’un hériter mâle. Mais il ne partage pas que ça avec Joffrey. Comme le petit blondinet que vous adorez certainement, il avait un penchant pour tout ce qui est sadique. Son passe-temps favori ? Les décapitations.

L’ambassadeur du duché de Milan à la cour de France écrira d’Édouard de Westminster : « A treize ans, il ne parle que de couper des têtes et de partir en guerre, comme s’il avait un contrôle absolu sur le monde ou qu’il était un dieu de la guerre. » Comme Joffrey, il est mort jeune. Mais pour sa mort, Martin s’est inspiré de la mort du prince Eustache IV de Blois, qui serait mort empoisonné lors d’un festin.

 

LUCRÈCE / LYANNA STARK

Le viol de Lucrèce

Lucrèce était une dame romaine violée par un prince étrusque. Pour échapper au déshonneur et ne pas subir l’accusation d’un adultère, elle se poignarde le coeur et meurt. Cette tragédie aurait été l’un des éléments déclencheurs de la fin de la monarchie romaine. Suite à l’établissement de la République romaine, Lucrèce est devenue un personnage presque mythique. À sa mort, elle aurait fait prêter serment à son mari de tenir une promesse, sans doute de punir le coupable.

Lyanna Stark était la soeur de Eddard Stark et le grand amour de Robert Baratheon. Rhaegar Targaryen, alors hériter du trône de fer, kidnappe Lyanna par amour et s’enfuit avec elle. Il semblerait que Lyanna fut amoureuse du prince, mais l’histoire étant écrite par les vainqueurs, Robert a toujours cru à un enlèvement pur et simple. Par colère, il se soulève contre les Targaryen et démarre la rébellion qui renversera la monarchie établie. Au moment de sa mort, Lyanna fait promettre quelque chose à Eddard, sans que l’on sache quoi…

WESTEROS / LE ROYAUME-UNI À L’ENVERS

La géographie allant de pair avec l’histoire, on vous propose également de découvrir d’où vient l’idée même de Westeros, le continent où se déroule la majorité de l’intrigue de la série. Il s’agit en fait d’une version légèrement modifié de l’Angleterre à l’envers, avec l’Irlande à son sud. L’emplacement du Mur se calque même sur le mur d’Hadrien ! Les similitudes parlent d’elles-mêmes. Par exemple, les Quatre Doigts au centre est de Westeros correspond aux comtés de Kerry et de Cork en Irlande. Comme quoi, pour créer la carte d’un monde fantastique, il suffit de retourner un atlas.

Comme George R. R. Martin l’explique, « Une oeuvre de fiction doit refléter la réalité. Une fiction est un mensonge… Mais elle doit contenir une vérité en son coeur. » Passionné par l’Histoire depuis toujours, l’auteur ne s’est jamais caché de ses inspirations et souligne que c’est grâce à cela que ses personnages ont évolué de façon si intéressante au fur et à mesure du développement de la narration.

Sur Twitter, 55% des utilisateurs sont des hommes.

— Twitter