Nouveau scandale environnemental : 250 000 litres de pétrole rejetés dans l’océan par accident

Vendredi dernier, plus de 250 000 litres d’hydrocarbures ont été rejetés accidentellement dans l’Océan Atlantique à la suite d’un incident technique survenu sur une plateforme de forage de forage au large de Terre-Neuve. L’accident serait « maîtrisé » selon les autorités canadiennes.

 

250 000 litres de pétrole rejetés dans l’Océan Atlantique

Quelques semaines après la révélation d’une fuite massive d’hydrocarbures polluant silencieusement le Golfe du Mexique depuis une quinzaine années, le continent nord-américain vit un nouvel épisode de pollution pétrolière suite à « une perte de pression sur une conduite sous-marine », qui reliait la plateforme de forage South White Rose au pétrolier Sea Rose du groupe Husky Energy, survenue au beau milieu de l’Océan Atlantique (à environ 350 km au sud-est de Saint-Jean de Terre-Neuve).

Selon les premières informations, cet accident ayant entrainé le rejet accidentel de 250 000 litres de pétrole s’est produit alors qu’une tempête faisait rage dans la région et a entraîné l’arrêt de la production des quatre plateformes de forage situées au large de la côte Est du Canada. Un avion de surveillance et six navires ont été dépêchés sur les lieux hier.

 

Plusieurs oiseaux de mer mazoutés

Suite au survol de la zone, l’Office Canada-Terre-Neuve des hydrocarbures extra-côtiers a publié une série tweets évoquant « l’absence de signe visible d’éclat à la surface de l’océan », comprenez de marée noire, tandis que le groupe canadien Husky Energy, qui exploite la plateforme de forage en question, a indiqué « qu’aucune nouvelle trace d’hydrocarbure n’avait été détectée à la surface de l’eau ».

Toujours selon Husky Energy, cinq oiseaux de mer mazoutés ont été repérés suite aux observations aériennes et marines réalisées, et un « centre de désintoxication » a été mis en place afin de leur apporter les soins nécessaires. Enfin, un mini sous-marin télécommandé chargé d’inspecter la conduite à l’origine de cet important rejet d’hydrocarbures a été déployé ce lundi. Les images qu’il a capturées sont actuellement analysées par les autorités canadiennes.

© Wikimedia Commons

Il y a des jours, des mois, des années interminables où il ne se passe presque rien. Il y a des minutes et des secondes qui contiennent tout un monde.

— Jean d’Ormesson