© Jacques PAILLETTE / Wikimedia Commons

Depuis des siècles, chefs d’État, rois, empereurs ont consulté des voyants ou des mages. Que cela soit durant l’Antiquité ou aujourd’hui, certains dirigeants font appel à des voyants pour « coacher » leur vie, préciser leurs décisions, les conseiller, etc. Saviez-vous que François Mitterrand consultait Élizabeth Teissier, astrologue des stars et des hommes politiques ?

De 1989 à 1995, François Mitterrand, alors président de la République française, avait pour habitude de consulter une astrologue. Guerre du Golfe, Maastricht, la date idéale pour parler aux Français, etc. François Mitterrand sollicitait l’aide d’Élizabeth Teissier, ses conseils et ses prédictions. Par ailleurs, l’astrologue a dévoilé en 2000 les consultations qu’elle a eues avec l’ancien président. Il y est question de nombreuses décisions importantes, comme le traité de Maastricht, le gouvernement Cresson, etc. Il faut tout de même préciser que les astrologues se présentent comme « coachs de vie ». Ils aiguillent les personnes par rapport aux astres, leur disent quel est le moment opportun pour telle ou telle chose.

« François Mitterrand était très demandeur de conseils, en dépit de son caractère sceptique et rationnel », expliqua Élizabeth Teissier, lors de l’émission de Karl Zéro. De plus, elle affirma que les enregistrements de ces entretiens ont été faits avec l’accord du président lui-même. François Mitterrand n’est pas le seul homme politique à avoir consulté une astrologue ou une voyante.

En effet, Charles de Gaulle avait aussi son propre consultant : Régulus, qui le conseilla de 1944 à 1969. Autre homme politique français, Napoléon Bonaparte aurait lui aussi fait appel aux conseils de Mademoiselle Lenormand, voyante du tout-Paris au 18e siècle. Ce n’est pas un fait rare dans le monde politique, Abraham Lincoln, Franklin D. Roosevelt ou encore Ronald Reagan avaient eux aussi des entretiens avec des médiums.

Lorsque ces entretiens furent divulgués, Mazarine Pingeot, fille de François Mitterrand, a souligné qu’il « n’attendait pas les avis d’Élizabeth Teissier pour prendre des décisions importantes. Tout cela est dérisoire et sans importance. »

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de