À cause d’une mesure de Trump, de nombreux fossiles de dinosaures risquent la destruction

Au cœur du Bears National Monument, des chercheurs ont découvert un véritable trésor paléontologique. Le site, ancienne réserve naturelle protégée, abrite l’un des plus importants gisements de fossiles de dinosaures datant du Trias. Mais il est menacé : à cause d’une décision prise par l’administration Trump, ces fossiles pourraient prochainement être ramassés par n’importe qui.

 

UN NID VIEUX DE 200 MILLIONS D’ANNÉES

La réunion annuelle de l’Association occidentale des paléontologues vertébrés a été marquée par une annonce qui fascine les chasseurs de fossiles du monde entier. Aux États-unis, des chercheurs sont tombés sur l’un des plus importants gisements de fossiles découverts.

Situé dans le Bear Ears National Monument dans l’état de l’Utah, le site de fouilles, long pour l’heure de 63 mètres, abrite des restes de dinosaures datant du Trias, soit plus de 200 millions d’années ! Pour l’heure, les paléontologues n’en ont exploré qu’une partie, mais au vu de leurs analyses, il se pourrait que ce soit le plus important nid à fossile du Trias du pays, et peut-être même du monde.

« Si ce site peut être entièrement excavé, il est probable que nous trouverons beaucoup d’autres spécimens intacts, et très probablement même de nouvelles espèces de vertébrés », a expliqué Robert Gay, paléontologue ayant eu la chance de parcourir le site. Les attentes sont d’autant plus grandes que des créatures ressemblant à des crocodiles ont déjà été mises au jour. Ces fossiles sont ceux de phytosaures mais d’autres animaux devraient se cacher au cœur du site. Pourtant, malgré son caractère exceptionnel, le site est en grand danger.

POURQUOI CES FOSSILES SONT-ILS MENACÉS ?

Si le lieu baptisé Portal of NeCrocPolis est actuellement fouillé, il a été découvert il y a maintenant deux ans. À cette époque, le Bears Ears National Monument était classé monument national américain protégé. Les fossiles étaient alors sous bonne garde et il était interdit à l’Homme d’en extraire ses ressources. Cependant, l’administration Trump a décidé début février de réduire de près de 80% la surface de certains monuments nationaux dont le Bears Ears National Monument.

Suite à cette décision, le site s’est retrouvé à l’extérieur de la zone protégée. Le risque de pillage est donc plus important. Un tel cas s’est déjà produit en 2016, juste avant que le site devienne monument national protégé. Un individu avait alors pris le crâne fossilisé d’un dinosaure qui a par la suite, été retrouvé et restitué aux scientifiques.

DES ACTIONS ENGAGÉES POUR SAUVER LE SITE ?

Pour préserver NeCrocPolis, des paléontologues se sont associés à cinq nations indiennes locales ainsi qu’à des groupes de conservation pour déposer une plainte. Le Bureau of Land Management (l’agence de protection de la nature) a également ouvert un programme de subventions afin de sauver le site en vue de lui rendre son statut passé.

Cependant, les responsables de l’État de l’Utah et les sociétés d’exploitation minières luttent aux cotés du président qui souhaite utiliser les ressources de ces terres protégées au détriment des trésors qu’elles renferment. Le combat a donc commencé pour les paléontologues et ils doivent au plus vite déterrer les fossiles de NeCrocPolis sous peine de les voir disparaître ou détruits.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux