La forêt boréale est ravagée par les industriels à l’abri des regards… et personne n’en parle

Forêt comptant parmi les plus belles et les plus étendues au monde, la forêt boréale (aussi appelée Taïga) est un écosystème majeur abritant de nombreuses espèces végétales et animales. Cependant, cette forêt est aujourd’hui dans une situation critique à cause de l’Homme. Greenpeace tire la sonnette d’alarme afin de stopper la destruction mais aussi afin de changer les habitudes des consommateurs.

QUI EST RESPONSABLE DE L’ÉTAT CRITIQUE DE LA FORET BORÉALE ?

La destruction de la Taïga est provoquée par un seul groupe : Essity. Si ce nom ne parle pas à la majorité des consommateurs, leurs produits sont utilisés au quotidien par des millions de personnes. Essity est spécialisée dans la fabrication de papier-tissu dont elle est d’ailleurs le deuxième producteur mondial. L’entreprise commercialise notamment tous les produits de la marque Lotus.

Cependant, pour produire mouchoirs et rouleaux de papier-toilette, Essity n’hésite pas à raser des centaines d’hectares de la forêt boréale sans prendre en compte l’impact écologique que cet acte peut avoir. L’association Greenpeace a d’ailleurs mis en lumière ce fléau dans un rapport dénonçant les pratiques de la firme. Des pratiques que condamnent également certains pays comme la Suède, la Finlande ou la Russie dont les arbres sont rasés pour faire de la pâte à papier.

UNE MENACE QUI FAIT DE NOMBREUSES VICTIMES

Si la destruction de la forêt boréale est désastreuse sur le plan écologique, elle est aussi au niveau environnemental. Tous les arbres qu’elle renferme stockent du carbone, participant ainsi à la régulation du climat. Abattre les arbres de la Taïga accentue le réchauffement climatique et perturbe le mode de vie des animaux qui y vivent mais aussi des tribus autochtones comme les Sames, qui ne peuvent plus faire paître leurs rennes.

QU’EST-CE QUI EST FAIT POUR COMBATTRE CETTE CATASTROPHE ÉCOLOGIQUE ?

Pour mettre un terme à cette destruction de la forêt boréale, le gouvernement suédois a décidé d’agir pour préserver les arbres. 366 paysages forestiers considérés comme « de grande valeur » et appelées HVFL pour High Value Forest Land ont été reconnus par l’Agence de Protection de l’Environnement du pays. Cette appellation a pour but de lutter contre la fragmentation des forêts qui isolent notamment de nombreux animaux et par la suite de les protéger de l’exploitation même si, le temps de l’identification, les forêts peuvent encore être rasées.

Nous, consommateurs, pouvons également agir en évitant d’acheter les produits Essity et en privilégiant les papiers issus de fibre recyclée. Il est également possible, même s’il n’est pas une garantie absolue, de choisir des produits possédant le label FSC 100 % concernant l’origine du bois. Mais c’est avant tout aux producteurs de faire attention à leurs fournisseurs et de ne plus exploiter la forêt boréale afin que celle-ci reste l’une des plus imposantes et des plus majestueuses étendues naturelles de notre planète.


Tokyo est la ville la plus peuplée du monde. En 2016, elle compte plus de 42 millions d’habitants

— @DailyGeekShow