5 femmes pirates redoutables qui ont écumé les mers et les océans

5 femmes pirates redoutables qui ont écumé les mers et les océans

Pirates, vous avez dit pirates ? A la simple évocation de ce mot, vous imaginez déjà des boucaniers barbus particulièrement sanguinaires affectionnant les tricornes et écumant les mers et les océans à la recherche de trésors cachés et de bateaux à piller. Si la majeure partie des pirates célèbres étaient des hommes, comme Barbe Rousse ou Barbe Noire, certaines femmes se sont elles aussi illustrées, et elles n’avaient définitivement rien à envier à leurs homologues masculins. Impitoyables, courageuses et particulièrement craintes, elles ont marqué à jamais l’histoire de la piraterie à travers les siècles.

Anne Bonny

ELLE FAIT LA CONNAISSANCE DU TERRIBLE RACKHAM

Anne Bonny ou Anney, née entre 1697 et 1700, était la fille illégitime d’un avocat irlandais. Lorsque le scandale éclate, sa famille est contrainte de partir pour l’Amérique, où son père ne tarde pas à faire fortune. Quelques années plus tard, Anne épouse le modeste pirate James Bonny, ce qui pousse son père à la désavouer. Les époux s’installent ensuite à New Providence, une île des Bahamas connue pour être un véritable repère de pirates, où elle fait la connaissance du terrible pirate Jack Rackham, capitaine du Revenge, et devient sa maîtresse.

ANNE ET MARY COMBATTENT SEULES LES ANGLAIS

Anne finit par divorcer de James Bonny et épouse Rackham. Le couple de pirates écume les mers des Caraïbes et se bâtit rapidement une solide réputation dans le milieu de la piraterie. Ils capturent de nombreux navires, chargés de marchandises précieuses comme le thé. Ces exploits ne sont évidemment pas du goût des Anglais, et le gouverneur de la Jamaïque demande au capitaine Jonathan Barnet de traiter avec les deux pirates. Le 21 octobre 1720, le Revenge est abordé par les forces anglaises, et seules Anne Bonny et Mary Read, autre femme pirate célèbre, parviennent à les retenir, le reste de l’équipage étant probablement trop saoul pour combattre.

Le Revenge est finalement capturé, et Rackham exécuté. Avant que son époux ne soit pendu, Anne Bonny aurait prononcé ces mots : « je regrette de vous voir dans un tel état, mais si vous vous étiez battu comme un homme, vous n’auriez pas à mourir comme un chien« . Anne et Mary échappent à la pendaison en plaidant la grossesse. Si Mary meurt de la fièvre jaune quelques semaines plus tard, Anne est graciée par le gouverneur la veille de Noël.

« SI VOUS VOUS ÉTIEZ BATTU COMME UN HOMME, VOUS N’AURIEZ PAS A MOURIR COMME UN CHIEN »

 

 Ching Shih

ELLE ÉPOUSE LE PIRATE LE PLUS REDOUTÉ DE CHINE

Ching Shih était probablement l’une des pirates les plus redoutées de tous les temps. Née Shi Xiang Gu, elle travaillait en tant que prostituée lorsqu’un groupe de pirates l’a capturée. En 1801, elle épouse leur chef, Zheng Yi, issu d’une longue lignée de boucaniers redoutables et redoutés. La flotte de Zheng Yi était composée de quelques 300 navires, et ses forces armées comprenaient entre 20.000 et 40.000 hommes.

SA FLOTTE COMPTE 1.800 NAVIRES ET 80.000 MEMBRES D’ÉQUIPAGE

A la mort de Yi le 16 novembre 1807, Gu devient alors Ching Shih, signifiant littéralement la veuve de Zheng. Elle reçoit rapidement le soutien de sa belle famille et dirige d’une main de fer la flotte tentaculaire de son défunt mari. Pour l’aider à gérer une telle armada, elle fait appel à Chang Pao, le fils d’un pêcheur qui avait été adopté par Yi. En 1810, leur flotte compte 1.800 navires et 80.000 membres d’équipage. Ching Shih met en place un véritable gouvernement avec ses propres lois et impôts, et ceux qui ont le malheur de désobéir finissent la tête coupée.

SHIH SE RETIRE DE LA PIRATERIE ET PROFITE DE TOUT LE BUTIN AMASSÉ

En 1810, Ching Shih et son imposante flotte envisagent de se retirer de la piraterie lorsque la Chine leur propose l’amnistie en retour. Pour éviter une reddition honteuse, consistant à mettre le genou à terre, Ching Shih se rend en compagnie de Pao dans le bureau du fonctionnaire Zhang Bai Ling et lui demande de les marier. En signe de gratitude, les nouveaux mariés s’agenouillent, et se retirent officiellement de la piraterie. Shih a vécu jusqu’à l’âge de 69 ans, en profitant de tout le butin qu’elle avait amassé au fil des années.

Sayyida al-Hurra

AL-HURRA S’ALLIE A BARBEROUSSE

Contemporaine et alliée du pirate turc Barberousse, Sayyida al-Hurra était une pirate comptant parmi les plus célèbres de l’histoire. Si son véritable nom n’est pas connu avec certitude, celui de Sayyida al-Hurra signifiait littéralement « noble dame libre et indépendante, et femme souveraine ne s’inclinant devant aucune autorité« .

UNE VIE DE PIRATE NÉE D’UN DÉSIR DE VENGEANCE

Son règne dura de 1515 à 1542. Elle écumait les eaux de la Méditerranée occidentale avec sa flotte de pirates, tandis que son allié Barberousse parcourait ses côtes orientales. Les raisons qui ont poussé Al Hurra à basculer dans la piraterie sont nées d’un désir de vengeance contre « l’ennemi chrétien« , et plus particulièrement les monarques Ferdinand et Isabelle de Castille qu’elle tenait pour responsables de l’exil forcé de sa famille musulmane hors de Grenade.

ELLE TERMINE SA VIE DÉPOUILLÉE DE TOUT POUVOIR ET DE TOUTE RICHESSE

Elle était particulièrement redoutée par les Espagnols et les Portugais, comme en attestent les nombreux documents et rapports officiels de l’époque qui mettent en avant ses plus grands actes de piraterie et les folles rançons qu’elle obtenait. Au plus fort de son règne, al-Hurra se remarie au roi du Maroc, mais refuse de lui céder la ville de Tétouan. Elle est finalement forcée de le faire en 1542 lorsque son beau-fils la renverse. Si l’on ignore les circonstances et la date exacte de sa mort, de nombreux rapports de l’époque précisent qu’elle a été dépouillée de ses biens et a fini ses jours privée de tout pouvoir.

Jeanne de Belleville

ON LA SURNOMME LA TIGRESSE DE BRETAGNE

L’histoire de Jeanne de Belleville, surnommée plus tard « la Tigresse de Bretagne » de par ses actes de piraterie, s’apparente à une véritable tragédie grecque, sur fond de trahison et de revanche. Épouse d’Olivier IV de Clisson, elle est la mère de cinq enfants et vit une existence paisible, jusqu’à ce que les guerres opposant l’Angleterre à la France n’éclatent, et que son mari soit accusé par le roi de France Philippe VI de traitrise, puis condamné et décapité.

JEANNE DE BELLEVILLE CAPTURE LES NAVIRES DU ROI DE FRANCE

La veuve jure alors de se venger du roi de France, vend ses terres, achète trois navires de guerre (son navire amiral étant même baptisé « Ma Vengeance« ), qu’elle peint en noir, et recrute des corsaires comptant parmi les plus sanguinaires de l’époque. De 1343 à 1356, la Tigresse de Bretagne écume la Manche, capture les navires du roi de France, tue leur équipage et décapite à la hache les aristocrates qui ont le malheur de se trouver à bord.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, Jeanne de Belleville s’est ensuite retirée de la piraterie et a coulé des jours paisibles jusqu’à sa mort. Elle s’est même remariée avec le Sir Walter Bentley, lieutenant du roi Édouard III d’Angleterre en Bretagne. Plusieurs documents de l’époque estiment qu’elle s’est éteinte en 1359, probablement en Angleterre.

ELLE COULE DES JOURS PAISIBLES JUSQU’À SA MORT

Anne Dieu-le-Veut

DIEU-LE-VEUT CONNAIT DES PREMIÈRES ANNÉES DIFFICILES

Elle aussi originaire de Bretagne, Anne Dieu-le-Veut était une pirate française émérite dont le nom faisait référence à sa nature incroyablement tenace. Elle arrive sur l’île de Tortuga, située dans les Caraïbes, durant les années 1670. Sur place, elle connait des premières années difficiles, puisqu’elle a le malheur d’épouser successivement les flibustiers Pierre Lelong et Joseph Chérel, qui décèdent dans les années suivant leurs unions.

LE MEURTRIER DE SON SECOND MARI LUI DEMANDE SA MAIN

Signe du destin pour le moins insolite, Dieu-le-Veut se marie ensuite à l’assassin de son second mari. En effet, après la mort de Chérel, elle provoque son meurtrier, un pirate émérite du nom de Laurent de Graff, en duel. Sidéré par le courage dont elle fait preuve, le flibustier hollandais lui demande sa main, et leur union est célébrée le 28 juillet 1693. Les époux mettent ensuite les voiles et ne tardent pas à faire parler d’eux dans toutes les Caraïbes.

Leur équipage, loin de céder à la superstition voulant que le fait d’embarquer une femme à bord porte malheur, fait même d’elle une mascotte et lui réserve une part de butin. Elle est finalement capturée par les Espagnols en 1695 et est ensuite détenue à Saint-Domingue. Elle n’est libérée que 3 ans plus tard à la suite de nombreuses démarches accomplies par la France. Dieu-le-Veut décède finalement le 11 janvier 1710 à l’âge de 48 ans à Cap Français.

ELLE SILLONNE LES CARAÏBES ET AMASSE UN IMPORTANT BUTIN

Les destins incroyables de ces cinq femmes ayant évolué dans le milieu impitoyable de la piraterie pour des raisons aussi diverses qu’improbables nous prouvent une fois de plus que la détermination et le courage n’étaient pas l’apanage des hommes.

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux