Vue d’artiste d’une jeune femme chassant dans les Andes il y a 9 000 ans — © Matthew Verdolivo / UC Davis IET Academic Technology Services

De récentes analyses menées sur les restes d’un individu ayant été enterré avec des outils en pierre, dont des pointes de lance, il y a 9 000 ans dans ce qui est aujourd’hui le Pérou, suggèrent que les femmes participaient activement à la chasse.

24 outils de chasse découverts

Présentées dans la revue Science Advances, de telles découvertes pourraient contribuer à bousculer nos conceptions concernant le rôle des hommes et des femmes au sein des anciennes communautés préhistoriques des Amériques. Selon les auteurs de l’étude, cette capacité à reconnaître les femmes comme des chasseuses à part entière aurait probablement été ralentie par l’idéologie sexiste dominante ayant eu cours dans la culture occidentale pendant des siècles.

« Les femmes représentent au moins un tiers, voire la moitié, des forces dédiées à la chasse dans les communautés actuelles de chasseurs-cueilleurs d’Amérique du Nord et du Sud », explique Randy Haas, chercheur à l’université de Californie et auteur principal de l’étude.

« Cependant, bien que des fouilles archéologiques réalisées au cours du 20e siècle aient conduit à la découverte d’outils de chasse dans les sépultures de femmes préhistoriques à travers les Amériques, il a fallu attendre que les scientifiques mettent au jour les restes d’une jeune femme dans les Andes péruviennes pour qu’ils mettent de côté leurs préjugés inconscients sur le rôle des sexes au sein de ces communautés. »

Haas et ses collègues ont effectué des datations au carbone 14 et procédé à des analyses de protéines sur des os et des dents se trouvant à moins d’un mètre de profondeur, dans une fosse funéraire découverte dans le sud du Pérou en 2018. Ce qui leur a offert une confirmation « solide » que les restes humains appartenaient à une jeune femme âgée de 17 à 19 ans, ayant été enterrée là il y a entre 8 700 et 9 000 ans avec un nécessaire de chasse comprenant 24 outils, dont des pointes de lance, ainsi que des lames dédiées au dépeçage et au tannage. Tandis que la découverte de restes de cerfs et de chameaux dépecés sur le site suggère que celle-ci s’attaquait également au gros gibier.

Image montrant les outils mis au jour par les chercheurs : pointes de projectile, écailles non modifiées, écailles retouchées, un éventuel couteau à dos, grattoirs à vignettes, grattoirs/hachoirs, pierres de brunissage et nodules d’ocre rouge — © Randy Haas / UC Davis

Un cas loin d’être isolé

Plutôt que de supposer que l’adolescente était un cas isolé, Haas a consulté les archives scientifiques afin de recenser les découvertes antérieures de restes d’humains ayant été enterrés avec des outils de chasse à travers les Amériques il y a au moins 8 000 ans. Sur les 27 cas rassemblant ces critères, il s’est avéré que près de la moitié des individus étaient des femmes. Ce qui laisse supposer que les chercheurs à l’origine de ces observations doutaient de leurs propres analyses, ou ont déterminé que les lames et les pointes découvertes étaient probablement des ustensiles dédiés à la préparation de la nourriture.

Selon Haas, la participation active des femmes à la chasse au sein des communautés préhistoriques de chasseurs-cueilleurs correspond au schéma observé chez de nombreuses espèces de carnivores. « Je pense que cette découverte n’est surprenante que quand on l’examine à travers le prisme des stéréotypes occidentaux concernant le rôle des sexes dans notre société », conclut le chercheur.

Ces découvertes interviennent quelques semaines seulement après que l’analyse de traces de pas fossilisées au Nouveau-Mexique a révélé le périlleux trajet entrepris par une femme et un enfant il y a plus de 10 000 ans.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de