— Special View / Shutterstock.com

Tchernobyl et l’invasion russe

La centrale nucléaire de Tchernobyl a finalement été capturée le 24 février 2022 lors de l’invasion russe de l’Ukraine par le président Vladimir Poutine. Son personnel a aussi été pris en otage. Le lendemain, après des combats violents entre les deux forces armées, des niveaux de rayonnement accrus ont été détectés dans la centrale. Des niveaux qui ont été multipliés par 20. Ce pic de rayonnement a probablement été favorisé à cause de la poussière radioactive qui a été projetée dans l’air en raison des combats à proximité. « S’il s’agit d’une remise en suspension de poussière, il s’agit généralement de choses qui n’étaient pas aussi mobiles, sinon elles auraient été soufflées », a déclaré Edwin Lyman, directeur de la sécurité de l’énergie nucléaire à l’Union of Concerned Scientists, à Live Science« Il s’agit donc probablement de particules de sol plus lourdes qui ne se dispersent pas très loin. » Cette invasion russe de la centrale est toutefois illégale. En effet, lors de la Conférence générale de l’Agence internationale de l’énergie atomique en 2009, les États membres, dont la Russie, ont adopté une décision actant que « toute attaque armée et menace contre des installations nucléaires consacrées à des fins pacifiques constitue une violation des principes de la Charte des Nations unies, du droit international et du statut de l’Agence ». Finalement, la société nucléaire ukrainienne Energoatom a annoncé le 31 mars 2022 que les troupes russes ont quitté l’usine en emmenant des agents de sécurité ukrainiens de l’usine. La société a également expliqué que les soldats russes ont creusé des tranchées dans le sol contaminé par la forêt rouge, ce qui a conduit à des spéculations non confirmées au sujet d’une nouvelle propagation des rayonnements.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments