6 manières de mourir particulièrement horribles et scientifiquement plausibles

Noyade, crise cardiaque, accident de voiture… Chaque jour, des gens meurent sur la Terre et les scénarios sont vraiment variés. Depuis toujours, la mort fascine autant qu’elle effraie et a fait l’objet de nombreuses recherches. Récemment, des scientifiques ont imaginé des manières de mourir parfaitement atroces mais scientifiquement plausibles. En voici quelques-unes. 

 

Un homme plongeant d’un bateau au niveau de la fosse des Mariannes

Consumé par la fleur de morve mangeuse d’os

Rien qu’au titre, cela ne laisse présager rien de bon… Les différents scénarios qui sont évoqués ici, ont été imaginés par Paul Doherty, un scientifique chevronné du San Francisco Exploratorium et son comparse Cody Cassidy. Pendant des années, ils ont travaillé les effets qu’auraient sur notre corps différents scénarios. Et le résultat est assez effrayant. Dans le cas mentionné ci-dessus, tout se passe dans l’océan. Nager et explorer les fonds marins sont deux activités humaines très appréciées. Encore faut-il choisir les bons spots… Les deux compères se sont intéressés à la fosse des Mariannes, la zone marine la plus profonde au monde (environ 10 911 mètres). Vouloir faire une plongée dans cette zone serait une très mauvaise idée, tant la pression y est forte.

Doherty affirme qu’on se noierait avant de toucher le fond mais si une personne souhaitait descendre avec un sous-marin pour nager au fond, voilà comment cela se passerait : étant constitués d’eau en majorité, cela permettrait à notre corps de garder sa forme humaine ; en revanche, les poches d’air présentes dans notre cavité nasale, notre gorge et notre torse seraient un problème; ces dernières s’effondreraient à l’intérieur du corps et sans air, nous ne flotterions pas et resterions au fond de l’océan. C’est dans ces fonds marins que l’on trouve la fleur de morve mangeuse d’os, un ver nommé Osedax et qui est connu pour ronger les carcasses de baleines. Notre corps pourrait finir consumé par ce ver mangeur d’os. 


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux