― Koshiro K / Shutterstock.com

Pour le moment, l’application Clubhouse n’est disponible que sur Apple, et pourtant, elle est déjà la deuxième application la plus téléchargée en Allemagne, devant Telegram. Cette plateforme a aussi vu son succès exploser dans sa version web pendant le confinement en France. Le réseau social, qui se constitue en salles virtuelles de discussion à rejoindre en direct, a commencé à inspirer Facebook.

Clubhouse, du réseau prisé de la Silicon Valley au réseau social mondialisé

Née dans la Silicon Valley, Clubhouse n’a pas encore fêté son premier anniversaire qu’elle est déjà fréquentée par plus de deux millions d’utilisateurs par semaine. Les salons de discussion qui se trouvent sur cette plateforme s’écoutent comme des podcasts, à ceci près que l’on peut y participer.

L’application est arrivée à point nommé pendant le confinement, comme pour répondre au besoin le plus pressant que cette période a fait naître. Jonathan Noble, l’un des premiers utilisateurs de l’application, a ainsi expliqué au New York Times en mai dernier : « On est humains, ça nous manque de rencontrer des gens, d’échanger avec eux. Clubhouse, c’est exactement ce que je cherchais. Ça m’a permis de ‘toucher’ des personnes que je voulais atteindre depuis longtemps, mais qui ne me suivaient pas sur les autres réseaux. »

Cette application visait initialement le cercle très restreint des investisseurs, des financiers, ou encore des journalistes suivant les actualités de la Silicon Valley. Elle était prévue pour une centaine de personnes. Puis, des investisseurs de Clubhouse ont encouragé des personnalités afro-américaines à intervenir sur le réseau. Avec l’arrivée d’icônes comme Deray McKesson, figure du mouvement Black Lives Matter, Clubhouse s’est transformée en un espace de discussion privilégié pour la communauté afro-américaine. Extension du « Black Twitter », Clubhouse concurrence et inspire aujourd’hui les réseaux sociaux les plus populaires.

— Jirapong Manustrong / Shutterstock.com

Un concept dont Facebook cherche à s’emparer

Le modèle de Clubhouse a d’ores et déjà inspiré Twitter, qui a lancé il y a quelques mois les « Spaces ». Ces salons de discussion sont pour le moment accessibles à une centaine d’utilisateurs seulement. Dans chaque salle virtuelle, une dizaine de personnes peuvent converser en étant écoutées par toutes les personnes qui souhaitent rejoindre le salon.

A son tour, Facebook prend modèle sur ce réseau émergeant pour créer des salons de conversation audio ouverts, qui peuvent être rejoints en direct. Comme sur Clubhouse, où le rappeur Drake et l’acteur Kevin Hart ont pris la parole, des personnalités publiques animeront certaines discussions sur les salons audio de Facebook, afin d’attirer davantage d’auditeurs.

Le New York Times, qui a pu s’entretenir avec un employé anonyme de Facebook, a rapporté : « Les dirigeants de Facebook ont demandé à des employés de créer un produit similaire [aux salons de Clubhouse]. » Le futur service porte pour le moment le nom de « Fireside », qui renvoie en français à l’expression « au coin du feu ».

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de