© ESA/Hubble et NASA, A. Nota, C. Britt

Hubble, le fameux télescope spatial, est parvenu à capturer d’impressionnantes images de l’étonnant « œil » d’une explosion stellaire massive.

Des images impressionnantes

AG Carinae : voici le nom de l’étoile massive mourante à 15 000 années-lumière et qui a pu être observée grâce aux images de Hubble. La mort de cette étoile est particulièrement incroyable puisqu’elle est plus puissante que la plupart. Il s’agit d’une étoile variable bleue lumineuse faisant partie des étoiles les plus brillantes et les plus massives de la galaxie. Ce type d’étoile est extrêmement rare, brûle chaudement et de manière très brillante et sa durée de vie est beaucoup plus courte que celle des autres (seulement quelques millions d’années).

AG Carinae mesure environ 55 à 70 fois la masse du Soleil, est instable et a quelques millions d’années. Sa luminosité varie de manière importante en raison de forces opposées : la pression de rayonnement pousse vers l’extérieur et la gravité a pour objectif de pousser l’étoile vers l’intérieur. En outre, lorsqu’une étoile arrive à la fin de sa vie, la pression de rayonnement diminue progressivement. Cela provoque ainsi la contraction de l’étoile et la matière s’échauffe à mesure qu’elle se rapproche du noyau stellaire. Une telle chaleur entraîne l’éruption de l’étoile en éjectant de la matière vers l’extérieur.

© ESA/Hubble et NASA, A. Nota, C. Britt

L’une des plus belles fins de l’Univers

Lorsque nous regardons les images de Hubble, nous pouvons constater que les couleurs représentent les types de matériaux que contenait l’étoile. Le rouge correspond au gaz ionisé (hydrogène et azote), le bleu à de la poussière. Les spécialistes pensent que les cavités et formes dans cette dernière sont sculptées par le vent puissant de l’étoile qui souffle à une vitesse allant jusqu’à un million de kilomètres par heure. Le vent stellaire sculpte de surcroît les bulles et filaments visibles dans la poussière.

AG Carinae est à l’heure actuelle toujours instable. Elle finira possiblement par devenir si appauvrie en hydrogène par des explosions répétées qu’elle évoluera en une étoile dite Wolf-Rayet, autrement dit un ensemble hétérogène rare d’étoiles avec des spectres inhabituels montrant de larges raies en émission proéminentes d’hélium ionisé et d’azote ou de carbone hautement ionisé. Une fois cette étape achevée, AG Carinae mettra sûrement fin à ses jours dans une supernova. Les astronomes estiment qu’à ce moment-là le noyau s’effondrera, laissant derrière lui un trou noir.

Époustouflant, n’est-ce pas ? La mort d’une étoile massive est probablement l’une des plus belles fins de l’Univers…

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de