Si les grandes entreprises comme Apple semblent parfois infaillibles, ce n’est pas vraiment le cas. D’ailleurs, plus tôt cette année deux jeunes étudiants de l’Oregon ont réussi à escroquer la société d’un montant de près d’un million de dollars.

Un crime lourd de conséquences

Plus tôt cette année, Quan Jiang, un étudiant chinois de l’Oregon State University, a été reconnu coupable d’avoir escroqué Apple pour près d’un million de dollars. Selon le rapport publié par The Oregonian, l’arnaque a été découverte quand le service américain des douanes a saisi de faux téléphones envoyés à Quan Jiang. En mars 2018, une perquisition au domicile de Jiang a permis de découvrir plus de 300 appareils contrefaits ainsi que des documents incriminants.

Jiang a ainsi été condamné à trois ans d’emprisonnement dans une prison fédérale. Il a également dû reverser la somme de 200 000 $ à la société Apple. À cause de ses méfaits, les parents de Quan Jiang ont dû vendre leur maison en Chine afin de payer la somme due à Apple. Après avoir purgé sa peine, le jeune homme devrait également être renvoyé dans son pays d’origine.

Une escroquerie simple, mais efficace

D’origine chinoise, Quan Jiang et son complice Yangyang Zhou n’ont pourtant pas eu recours à un procédé particulièrement complexe pour réaliser leur arnaque. Leur technique était on ne peut plus simple : ils ont importé des smartphones contrefaits de Chine, et ils les ont envoyés chez Apple en déclarant qu’il s’agissait d’appareils défectueux. Il est à savoir que ces téléphones contrefaits coûtaient dans les 30 $ (27 €) et qu’ils ont été remplacés par des iPhone originaux qui coûtent dans les 600 $ (540 €).

Grâce à ce procédé, Quan Jiang a pu soutirer à Apple environ 1500 iPhone neufs contre les 2000 iPhone contrefaits qu’il avait soumis à la société. Son arnaque a perduré pendant deux longues années entre janvier 2016 et février 2018. Cela lui a permis de faire des bénéfices d’au moins 900 000 $ en revendant les smartphones neufs reçus d’Apple en Chine.

Le plus étonnant concernant cette affaire est le fait qu’Apple n’ait pas identifié que ces appareils étaient des contrefaçons ; étant donné que leurs appareils possèdent tous des codes IMEI. Selon le rapport de Gizmodo China, cela pourrait être lié au fait que la société ait arrêté l’impression de numéros de série sur les appareils ultérieurs à l’iPhone 6 Plus.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de