Vue d’artiste de la sous-naine chaude étirée par une naine blanche voisine — © University of Warwick / Mark Garlick

Si les supernovas apparaissent généralement de façon soudaine dans le ciel, des scientifiques britanniques ont identifié les prémices d’un tel évènement, sous la forme d’une étoile étirée par la force gravitationnelle d’un astre compagnon.

Une spirale fatale

Appelée HD265435, l’étoile en question se trouve à environ 1 500 années-lumière. Il s’agit d’une sous-naine chaude apparue après qu’un astre beaucoup plus imposant s’est débarrassé de ses couches externes, ne conservant que son noyau d’hélium en fusion après avoir épuisé ses réserves d’hydrogène. Dans le cadre de travaux publiés dans la revue Nature Astronomy, les chercheurs de l’université de Warwick ont constaté que la lumière de l’astre variait selon un schéma inhabituel, indiquant que l’étoile n’était pas sphérique mais allongée, comme une larme.

Une telle caractéristique s’explique par la présence d’un astre compagnon beaucoup plus petit et faible, mais plus dense, à proximité. Un examen approfondi a révélé qu’une étoile naine blanche orbitait autour de la sous-naine, et se révélait suffisamment proche pour siphonner sa matière et déformer son atmosphère.

L’équipe a découvert que les deux astres, se tournant mutuellement autour toutes les 100 minutes, étaient littéralement enfermés dans une spirale fatale, qui se traduira d’ici 70 millions d’années environ par leur fusion, déclenchant une explosion cataclysmique connue sous le nom de supernova de type Ia.

Ce type de supernova se produit lorsqu’une naine blanche accumule trop de masse pour rester stable et subit un processus thermonucléaire incontrôlé. Alors que la limite stricte, connue sous le nom de limite de Chandrasekhar, est de 1,44 masse solaire, le système stellaire possède une masse combinée de 1,65 masse solaire, ce qui signifie qu’une supernova de type Ia est pratiquement inévitable.

Deux scénarios envisagés

Si le scénario impliquant que la naine blanche accumule suffisamment de masse à partir de la sous-naine chaude pour se transformer en supernova semble actuellement le plus plausible, les chercheurs britanniques n’en écartent pas totalement un second, faisant intervenir les ondes gravitationnelles.

« Les deux astres perdant de l’énergie à cause des émissions d’ondes gravitationnelles, il est également possible qu’ils se rapprochent progressivement jusqu’à fusionner », estime Ingrid Pelisoli, auteure principale de l’étude. « Une fois que la naine blanche aura gagné suffisamment de masse par l’une ou l’autre de ces méthodes, elle deviendra une supernova. »

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de