— Sven Hansche / Shutterstock.com

Nouveau rapport accablant pour le Qatar : Amnesty International a délivré une enquête selon laquelle les ouvriers travaillant sur les chantiers de la Coupe du monde 2022 n’auraient pas été payés depuis plusieurs mois.

Des ouvriers qui n’ont pas reçu de paie depuis 7 mois

La Coupe du monde de football 2022, qui doit se dérouler au Qatar, fait de nouveau parler d’elle. Souvent pointé du doigt pour les conditions indignes dans lesquelles les ouvriers, souvent issus des pays d’Asie du Sud-Est, sont contraints de travailler, le pays l’est de nouveau pour des arriérés de paiement de ses travailleurs. En effet, un rapport accablant d’Amnesty International révèle que les travailleurs n’ont pas été payés depuis 7 mois.

Une centaine de salariés de l’entreprise « Qatar Meta Coats » (QMC), entreprise de design et de construction sous-traitant les travaux de façade du stade Al Bayt, ont reçu le 7 mai une fiche de paie partielle. Un des ouvriers affirme, en parlant de QMC : « Chaque jour, nous leur demandons, mais ils nous disent qu’ils manquent d’argent. » Le rapport de l’ONG est également accablant pour les autorités qataries, qui affirme que « les problèmes rencontrés par les travailleurs de QMC étaient bien connus du ministère du Travail du Qatar et de l’organisme chargé d’organiser la Coupe du monde de football du pays depuis près d’un an. »

Image d’illustration— Philip Lange / Shutterstock.com

Des conditions de travail proches de l’esclavage

Certains employés ont à présent reçu une partie de leur paie, mais Amnesty déplore que cela n’ait été le cas que depuis qu’elle a dévoilé son rapport. « Cela illustre bien la façon dont il est extrêmement facile au Qatar d’exploiter des travailleurs », selon Steve Cockburn, chef du pôle économie et justice sociale de l’ONG.

En effet, les lois qataries sont extrêmement peu protectrices vis-à-vis des travailleurs. Jusqu’en 2016, au moment où elle a été abolie, la « kafala » était encore en place. Ce système, issu du droit musulman en matière d’adoption, contraignait, dans le cadre du travail, les travailleurs à être sous le parrainage d’une entité ou d’un particulier. Ce dernier a pratiquement tous les droits sur les travailleurs, qui ne peuvent pas changer d’employeur sans l’autorisation de ce dernier, ni quitter le pays, les passeports étant bien souvent confisqués. Ils se retrouvent bien souvent prisonniers de leurs employeurs.

Dans une lettre à Amnesty International, les organisateurs qataris du tournoi ont affirmé être au courant depuis juillet 2019 de non versement de salaires. Ils assurent avoir tenté de trouver une solution. QMC, qui est en difficultés financières, a été interdite de travailler sur les projets de la Coupe du monde. Elle a d’ailleurs été vendue à de nouveaux propriétaires. En 2016 déjà, des arriérés de paiement avaient été déplorés.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de