Image d’illustration — SergeyKlopotov / Shutterstock.com

Une épée quasi millénaire, qui aurait appartenu à un chevalier croisé s’étant rendu en Terre sainte, a récemment été découverte par un plongeur amateur au large des côtes israéliennes.

Une trouvaille archéologique rare

L’artefact vieux de 900 ans a été découvert par Shlomi Katzin, alors qu’il effectuait sa plongée hebdomadaire dans une crique naturelle près de la ville d’Haïfa, au nord du pays. Aidé par les conditions de mer, avec des vagues et des sous-courants déplaçant les sédiments du fond marin, le plongeur amateur a repéré plusieurs ancres métalliques ainsi qu’un objet allongé à la forme caractéristique.

Craignant qu’il ne tombe entre de mauvaises mains, Katzin a rapidement contacté les autorités locales après avoir rapporté ce dernier à terre. Les premiers examens réalisés ont conclu qu’il s’agissait d’une épée longue datant des croisades. Probablement en fer, l’arme possède une lame d’environ un mètre de long et une poignée de 30 centimètres.

Bien qu’elle soit recouverte d’organismes marins et de sédiments, les experts affirment qu’elle se trouve dans un excellent état de conservation et devrait avoir un aspect étonnant une fois les différents travaux de restauration effectués. « Nous veillerons à ce que le public puisse la voir », a déclaré Eli Escosido, directeur général de l’Autorité israélienne des antiquités.

L’arme d’un probable chevalier de haut rang

Les croisades ont opposé les chrétiens européens aux musulmans du Moyen-Orient, qui se disputaient le contrôle de lieux considérés comme sacrés par les deux parties. Au total, huit grandes expéditions ont eu lieu entre 1096 et 1291.

Plusieurs ordres militaires de chevaliers religieux ont été créés lors de ces campagnes militaires, notamment les Templiers et les chevaliers Teutoniques. L’épée longue récemment découverte appartenait probablement à l’un de leurs membres, car les simples soldats ne pouvaient à l’époque s’offrir une arme d’une telle qualité.

Ayant servi d’abri aux navires lors de tempêtes durant des siècles, la côté nord d’Israël a probablement été privilégiée par les croisés lors de leurs débarquements en Terre sainte. Les archéologues sondent actuellement le site de la découverte dans l’espoir d’identifier d’autres artefacts.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de