épave
Vue aérienne montrant le véhicule de surface autonome (à droite) et l’épave (à gauche) — © Hallgjerd H. Ravnås et al. / Journal of Maritime Archaeology 2024

Une équipe d’archéologues est récemment retournée sur les lieux d’un naufrage médieval, afin de conduire une nouvelle étude de l’épave du navire, et faire la lumière sur son histoire.

Épave médiévale

Initialement découverts il y a plusieurs décennies, les vestiges de cette embarcation vieille de 600 ans reposent à proximité des côtes de l’île de Karmøy, et du village d’Avaldsnes, dans le sud-ouest de la Norvège. Désireux d’en apprendre davantage au sujet du navire, des chercheurs de l’université et du musée maritime de Stavanger ont récemment utilisé un véhicule de surface autonome, qui leur a fourni des données géophysiques précieuses sur l’épave et son environnement.

« Une telle plateforme permet une étude non invasive et rapide du fond marin et des caractéristiques de subsurface, via la collecte de données sismiques à haute résolution », expliquent les auteurs de la nouvelle étude, publiée dans le Journal of Maritime Archaeology.

Grâce à celles-ci, un modèle 3D détaillé du site, révélant notamment la distribution horizontale et verticale des restes enfouis, leur profondeur, ainsi que la structure de la coque, a pu être créé.

Modèle photogrammétrique du site du naufrage (en haut) et modèle 3D de la structure de l’épave — © Hallgjerd H. Ravnås et al. / Journal of Maritime Archaeology 2024

Si Avaldsnes est aujourd’hui un paisible village de quelques milliers d’âmes, il constituait un important centre de pouvoir ainsi qu’un comptoir commercial prospère du début de l’âge du bronze jusqu’à la fin du Moyen Âge. Selon les scientifiques, à l’époque médievale, cet établissement côtier abritait un palais royal fortifié et un port clé utilisé par la Ligue hanséatique, confédération tentaculaire de villes marchandes d’Europe centrale et septentrionale.

Une embarcation marchande de taille moyenne

Décrite comme « un navire marchand de taille moyenne, construit par des ouvriers navals hautement qualifiés », l’embarcation faisait probablement partie de l’importante flotte parcourant cette importante voie commerciale.

De précédentes analyses d’échantillons de sa coque avaient révélé qu’elle avait été assemblée dans l’estuaire de la Vistule (actuelle Pologne) en 1395 de notre ère, et s’était abîmée près de Karmøy, suite à un incendie, entre 1399 et 1415 de notre ère.

Les archéologues ont également découvert que des poils d’animaux et de la mousse avaient été placés entre les planches pour assurer l’étanchéité, ainsi que des fragments de nattes faites de branchages, qui auraient potentiellement servi à protéger sa cargaison de l’humidité et des intempéries.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments